Dans l'antre d'une araignée et d'un dragon

Créé en 2014, le cheval-dragon (Long Ma) fonctionne... (Patrick Woodbury, Le Droit)

Agrandir

Créé en 2014, le cheval-dragon (Long Ma) fonctionne grâce à un mélange d'énergies thermiques et électriques.

Patrick Woodbury, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Ottawa) Des barrières opaques, un lieu de répétition tenu secret et un itinéraire non dévoilé. Même si les deux « machines » dépassent de leur enclos avec, en arrière-plan, des avions de collection, l'événement promu par Ottawa 2017 tient à conserver son aura de mystère.

François Delarozière, directeur artistique de La Machine.... (Patrick Woodbury, Le Droit) - image 2.0

Agrandir

François Delarozière, directeur artistique de La Machine.

Patrick Woodbury, Le Droit

Guy Laflamme, le directeur général d'Ottawa 2017.... (Patrick Woodbury, Le Droit) - image 2.1

Agrandir

Guy Laflamme, le directeur général d'Ottawa 2017.

Patrick Woodbury, Le Droit

Pas de photos d'ensemble ni de détails trop techniques qui briseraient la magie promise... Visite de presse avec restrictions imposées pour faire mousser La Machine, ce rendez-vous présenté en grande première nord-américaine à Ottawa. Du 27 au 30 juillet, une araignée et un dragon géants déambuleront dans les rues du centre-ville, entre le Marché By, le Musée des beaux-arts et l'hôtel de ville d'Ottawa. Une invasion hors-norme à 45 tonnes la bête et 3,5 millions le happening-anniversaire. « Ottawa est peu connue dans le monde, résume François Delarozière, directeur artistique de la compagnie française. Notre enjeu est de révéler la ville et sa force de paysage. »

Les spectateurs qui viendront voir les deux machines... (Patrick Woodbury, Le Droit) - image 3.0

Agrandir

Les spectateurs qui viendront voir les deux machines seront en quelque sorte aussi des acteurs: ils ne pourront pas se contenter d'assister passivement au spectacle.

Patrick Woodbury, Le Droit

L'apparition immanquable de ces machines monumentales - une douzaine de mètres au garrot - dans la capitale convie les badauds à se laisser surprendre par le « choc esthétique » provoqué et à poser un autre regard sur la ville.

Construites comme des personnages à part entière, avec un nom et des intentions, « les machines dorment, interagissent et se croisent dans les rues, explique M. Delarozière. Elles créent un théâtre urbain ambulatoire où les gens, bien plus que spectateurs, deviennent acteurs du scénario. »

La technique ne lésine pas sur les effets spéciaux : des projections de feu, d'eau, de fumée et de neige devraient ravir tous les publics. 

« Il ne s'agit pas d'une parade à laquelle on assisterait passivement », insiste la compagnie, mais d'un gigantesque spectacle de rue créant sa propre mythologie urbaine. Une immense chasse au trésor, en somme, où l'on pistera la bête pour la suivre sur son parcours et la prendre en photos.

Cette entreprise nantaise rodée aux spectacles de rue - elle s'est déjà produite en Amérique latine, au Japon et en Angleterre, notamment - mise sur le buzz généré par l'apparition inattendue des machines et préfère ne pas révéler l'itinéraire planifié. Seules indications disponibles : l'araignée se réveillera aux abords du Musée des beaux-arts le 27 juillet à 20 h dans une posture très surprenante, tandis que son confrère sera visible le lendemain dès 10 h à l'hôtel de ville d'Ottawa. Après leurs pérégrinations respectives, les deux machines feront leurs adieux à Ottawa sur le parvis du Musée canadien de la guerre, le 30 juillet à 21 h. 

Le cheval-dragon (Long Ma) et Kumo l'araignée se manipulent chacun par 16 techniciens armés de manettes depuis la structure articulée. Le dragon, créé en 2014, fonctionne au mélange d'énergies thermiques et électriques tandis que l'araignée, conçue en 2008, utilise du gasoil. L'événement a nécessité le déplacement d'une équipe de 75 employés de la compagnie. En cas de pluie, les activités sont maintenues, mais des orages ou du vent fort pourraient reporter certaines scènes.

Perturbations au centre-ville

Il y aura des impacts importants sur la circulation automobile et des perturbations sont à prévoir dès le 26 juillet, jour de montage des installations.

Les commerces demeureront ouverts, mais la circulation sera bloquée à plusieurs endroits afin de créer des zones piétonnes sécuritaires où les visiteurs pourront profiter du spectacle ambulant. La liste complète des fermetures de rues est accessible sur ottawa.ca. Seuls les piétons pourront circuler dans les secteurs désignés. Des panneaux d'orientation et des agents du Service de police d'Ottawa guideront la circulation.

Certains circuits d'OC Transpo seront également touchés par de brèves interruptions de service intermittentes ou déviés pour laisser place aux créatures de La Machine. Pour une liste détaillée : octranspo.com.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer