Un drapeau pro-vie cause la controverse à l'hôtel de ville

Le drapeau d'une organisation anti-avortement hissé au mat... (Etienne Ranger, Le Droit)

Agrandir

Le drapeau d'une organisation anti-avortement hissé au mat de l'hôtel de ville d'Ottawa a provoqué un tollé.

Etienne Ranger, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le drapeau d'une organisation anti-avortement hissé le temps de quelques heures, jeudi, à l'extérieur de l'hôtel de ville d'Ottawa a suscité la colère dans la communauté et sur les médias sociaux.

S'insurgeant contre la situation, un groupe de sept conseillers municipaux a signé une pétition pour exiger son retrait immédiat, soit les quatre élues féminines, Catherine McKenney, Diane Deans, Marianne Wilkinson et Jan Harder, ainsi que leurs collègues masculins Mathieu Fleury, Tobi Nussbaum et Jeff Leiper. David Chernushenko n'a pas initialement signé la missive, mais a plus tard annoncé son appui à l'initiative de ses collègues. Parmi les 15 autres élus à la table, plusieurs autres étaient du même avis au sujet du drapeau de l'organisme pro-vie National March for Life, selon ce que Le Droit a appris. 

« Nous sommes outrés qu'un drapeau représentant une conviction personnelle visant à restreindre le droit des femmes à l'avortement flotte au-dessus des terrains de l'hôtel de ville, et ce, pour la première fois de l'histoire », ont-ils écrit dans leur déclaration commune qui a rapidement été partagée par des centaines d'internautes. Ils précisent qu'une proclamation ne peut être accordée si elle fait la promotion de convictions personnelles. 

Une vidéo de la cérémonie de montée du drapeau, qui avait été visionnée plus de 750 fois jeudi en fin d'après-midi, circule d'ailleurs sur Youtube.

Face à la controverse, le maire Jim Watson n'a pas tardé à réagir, disant qu'il avait demandé au Bureau du greffier et chef des contentieux de faire une révision de la politique de proclamations et de levée du drapeau. Il veut que l'administration lui fasse part de recommandations d'ici la mi-juin. 

« Mon opinion personnelle a toujours été que les femmes ont le droit de choisir. Je partage vos préoccupations et j'ai demandé qu'on révise la politique de levée du drapeau », a-t-il ajouté, avant d'annoncer quelques minutes plus tard qu'il était fier que le drapeau ait été enlevé du mât. 

La conseillère Catherine McKenney soutient avoir été sous le choc « à la fois en tant que femme et comme mère » d'apercevoir le drapeau. 

« Les gens ont le droit d'être contre le droit à l'avortement et de manifester, mais ça ne peut pas se faire à l'aide d'un drapeau qui se retrouve dans l'espace public. Une révision de nos façons de faire est la bienvenue, même si je crois qu'avec la politique actuellement en vigueur, le drapeau n'aurait jamais dû être hissé à l'hôtel de ville », a-t-elle dit, rappelant que l'accès à l'avortement est un droit fondamental et constitutionnel. 

Quant au conseiller Mathieu Fleury, il n'a pas caché son soulagement de savoir que le Bureau du protocole a fait marche arrière. 

« En tant que municipalité, on a le devoir d'être inclusif, c'est une responsabilité collective. Et nous avons un fait très visible : les quatre femmes qui siègent au conseil ont signé la pétition, ça envoie un message pas mal clair. En plus, elles sont de différentes générations. [...] Je ne crois pas que c'est un enjeu politique, c'est simplement que la politique actuelle doit être révisée. Quand une politique crée des exclusions, c'est inacceptable », a-t-il affirmé.

Sur les réseaux sociaux comme Twitter, les réactions ont fusé d'un peu partout. 

« D'être contre #ottawaBilingue c'est une chose, mais un lever de drapeau anti-choix... j'ai tellement honte du maire @JimWatsonOttawa », a écrit l'ex-présidente de l'Association des communautés francophones d'Ottawa, Ajà Besler.

Deux candidats à la direction du NPD, Niki Ashton et Peter Julian, ont aussi utilisé leur clavier pour dénoncer la situation. La première a qualifié le geste d'inacceptable, mentionnant que « nos leaders doivent défendre le droit des femmes de choisir ».




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer