Jim Watson se plaît devant le budget ontarien

Le maire d'Ottawa, Jim Watson, est satisfait du... (Archives, La Presse canadienne)

Agrandir

Le maire d'Ottawa, Jim Watson, est satisfait du budget déposé par le gouvernement de Kathleen Wynne. Il avait rencontré la première ministre quelques jours avant le dépôt du budget.

Archives, La Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

À première vue, le budget ontarien déposé jeudi est somme toute satisfaisant, estime le maire d'Ottawa Jim Watson. Il rappelle toutefois que les engagements ne sont pas nécessairement encore chiffrés pour la capitale.

Alors que 10 000 personnes sont en attente d'un logement abordable, M. Watson ne cache pas que la hausse de l'enveloppe réservée à la construction de tels logements ne peut qu'être une bonne chose. Le gouvernement a annoncé qu'il injectera 640 millions $ sur deux ans pour le Fonds pour l'infrastructure sociale.

L'an dernier, seulement une centaine de logis ont été construits, ce qui est très loin de répondre à la demande. La cadence va s'accélérer cette année alors que de 400 à 500 seront érigés, a précisé le maire. 

« Je ne sais pas combien la Ville recevra spécifiquement, mais c'était une demande de tous les maires de l'Ontario », a-t-il affirmé lors d'un point de presse à l'hôtel de ville.

Sans surprise, puisque l'annonce avait été faite lors du passage de la première ministre Wynne à Ottawa en juin dernier, le document présenté jeudi à Queen's Park par le ministre des Finances Charles Sousa prévoit la somme d'un milliard $ pour la réalisation de la seconde phase du train léger à Ottawa. Le maire a réitéré qu'il était heureux de l'obtention de ce financement pour ce projet qui s'achèvera en 2023 et qui permettra d'ajouter une trentaine de kilomètres de rail au réseau. 

Tenant à préciser que ce n'était pas l'une de ses priorités, le maire Watson s'est tout de même réjoui que dans le budget, du financement sera alloué au projet de premier site d'injection supervisée à Ottawa. Une demande en ce sens avait été faite l'hiver dernier par le Centre de santé communautaire Côte-de-Sable, qui demandait une somme de 1,4 million $ pour mettre sur pied le projet. Depuis, des négociations sont en cours entre les deux paliers de gouvernement et l'organisation, qui espérait faire une annonce d'ici le début de l'été. 

Questionné sur le fait que le budget accorde désormais aux grandes villes le droit d'imposer une taxe à des sites de location immobilière de courte durée comme le géant Airbnb, tel que Toronto l'exigeait parce que les hôteliers s'en plaignent, Jim Watson préfère pour l'instant ne pas s'avancer à savoir si la capitale fédérale imitera la Ville Reine. Selon lui, rien n'urge dans ce dossier et il préfère tâter le pouls de l'industrie en premier lieu. 

« Je n'ai les détails sur cet aspect du budget en ce moment. Il va falloir que je rencontre les représentants de l'association des hôteliers et de Airbnb », a-t-il simplement indiqué.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer