Un complexe de huit étages controversé dans le Glebe

Le conseil municipal devra donner son approbation au... (Courtoisie)

Agrandir

Le conseil municipal devra donner son approbation au changement de zonage le 26 avril.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le conseiller David Chernushenko et des résidents du Glebe ont beau y être vigoureusement opposés, tout indique que la construction d'un complexe de huit étages abritant une résidence pour retraités de 160 logements, un établissement de soins pour bénéficiaires internes et des commerces au rez-de-chaussée pourra aller de l'avant sur le terrain des 890 et 900, rue Bank, à deux coins de rue de la Place TD.

Le Comité de l'urbanisme de la Ville d'Ottawa a donné son feu vert mardi à une modification au règlement de zonage, permettant ainsi au promoteur immobilier Canderel et à l'entreprise Amica Mature Lifestyles de faire un pas de plus vers la concrétisation de leur projet dont la valeur n'a pas été dévoilée. 

Les promoteurs demandaient à déroger de la réglementation au chapitre de la hauteur du bâtiment, souhaitant que celle-ci soit de 26 mètres plutôt que les 15 normalement permis.

Une construction plus près du trottoir était aussi réclamée. 

Répétant que c'est incompatible avec le reste du secteur, le conseiller du quartier Capitale est loin d'être chaud à l'idée qu'un immeuble d'une telle hauteur soit érigé sur le site où l'on retrouve actuellement un magasin Beer Store et un garage Monsieur Muffler, au coin de l'avenue Thornton. 

« C'est un très bon plan d'affaires et j'apprécie que plus de services soient offerts aux gens, mais c'est la massivité de l'édifice qui cause problème. Nous avons fait des propositions raisonnables, des compromis, qui nous permettraient d'accueillir favorablement le projet, mais on s'est fait répondre que s'il y a quatre ou six étages, c'est non », de dire M. Chernushenko. 

Le mécontentement est aussi palpable dans la communauté, une pétition en ligne a été signée par près de 600 personnes. 

Des problématiques de manque de stationnement sont entre autres évoqués, entre autres parce que la succursale de Beer Store doit être réaménagée dans la partie commerciale de l'immeuble, sans compter la perte d'ensoleillement. 

David Orfald, qui habite sur la rue Melgan, tout juste à l'ouest du terrain convoité, déplore que le paysage soit sur le point de changer autant, les immeubles étant tous de basse hauteur.

« Même en construisant à 15 mètres de hauteur, ce serait déjà l'édifice le plus haut entre la rue Hollywood et le Queensway, à part quelques clochers d'églises. Quand je sors de chez moi, je vois six grands arbres matures, et là je verrai un gros édifice », a-t-il indiqué. 

L'Association communautaire du Glebe aurait aussi souhaité que la construction, aussi belle soit-elle côté design architectural, soit d'une moins grande échelle.

Le promoteur s'est entre autres défendu en disant que les 7e et 8e étages ne représentent que 15 % de la superficie de l'immeuble et que la majeure partie de celui-ci est d'une hauteur de six étages (quatre dans la partie nord), ajoutant avoir essayé de sculpter le bâtiment afin qu'il soit compatible avec le reste de la rue. 

Le représentant de l'entreprise a affirmé qu'il ne s'agit aucunement d'un concept qui est « à prendre ou laisser », mais a tout de même précisé que le projet n'était pas viable économiquement si une portion de la bâtisse devait être rayée de la planche à dessin. 

Le conseil municipal devra donner son approbation à ce changement de zonage le 26 avril. 

Le projet de construction doit être déposé à la Ville en mai.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer