Diversité sur les étals des marchés d'Ottawa

Le conseiller du quartier Rideau-Vanier, Mathieu Fleury, reconnaît... (Courtoisie, Ville d'Ottawa)

Agrandir

Le conseiller du quartier Rideau-Vanier, Mathieu Fleury, reconnaît que le marché By a été sous-exploité.

Courtoisie, Ville d'Ottawa

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Finie l'époque où il n'y avait que des fleurs ainsi que des fruits et légumes sur les étals des marchés By et Parkdale. Au grand bonheur de plusieurs, les producteurs locaux de fromages fins, café et confitures pourraient fort bien s'ajouter au lot pas plus tard que ce printemps en marge du projet de revitalisation pour les deux marchés publics.

Présenté au Comité des finances et du développement économique mardi matin, le rapport de mise à jour du projet caressé par la Ville d'Ottawa indique que les règlements actuels de ces marchés seraient modifiés afin d'encourager la vente d'un plus grand nombre de produits locaux et d'autoriser la présence de vendeurs additionnels.

Le changement des règles du jeu, permettra, dit la Ville, de s'harmoniser avec la tendance des autres marchés (celui de Jean-Talon, à Montréal, par exemple) et de refléter l'évolution des pratiques agricoles, en plus de tenir compte des célébrations du 150e anniversaire de la Confédération, qui attireront plusieurs milliers de touristes. Davantage d'artistes de rue pourront aussi être présents sur les lieux.

Structures permanentes

De plus, à la suite d'une entente de commandite offerte par la compagnie BeaverTails Ottawa, deux structures permanentes en bois de 24 mètres carrés seront installées en permanence dès ce printemps aux extrémités de l'esplanade de la rue George, nouvelle porte d'entrée du marché By. Installés jusqu'à possiblement 12 mois par an, ces kiosques proposeront sur leurs étals des saveurs et produits uniques, comme de l'art autochtone canadien et des produits locaux de l'érable. Rappelons que des lampadaires, des arbres, des bancs, des tables, une fontaine et une horloge patrimoniale seront entre autres aussi aménagés à cet endroit.

« Il y a plein de volets du marché By qui ont été sous-exploités, comme le marché de Noël. Le manque d'animation est un aspect dont nous parlent souvent les jeunes familles. Il y a aussi l'accès aux toilettes et à des abreuvoirs extérieurs ainsi que l'aménagement d'espaces de jeux », de dire le conseiller du quartier Rideau-Vanier, Mathieu Fleury, optimiste pour l'avenir.

À cette vague de nouveautés s'ajoutera également le changement du modèle de gouvernance. La gestion des marchés publics pourrait relever d'une société à but non lucratif indépendante de la Ville dès l'an prochain. Les membres du conseil d'administration doivent être choisis d'ici l'été. L'actuelle structure de gouvernance a été la cible de plusieurs critiques du vérificateur général Ken Hughes l'automne dernier.

Le cachet des marchés

Le maire Jim Watson croit que la revitalisation et les modifications qui y seront associées étaient plus que nécessaires.

« Au fil des ans, je pense qu'on a fini par trop réglementer les marchés. Il y a des règles pour la grandeur des kiosques, le type de produit que l'on peut vendre, le moment de l'année pour être là, etc. Le message, c'est que les marchés peuvent conserver leur cachet, mais il y a plusieurs choses qui ont changé en 20 ans. Avant, il n'y avait pratiquement que ces deux marchés-là, alors qu'aujourd'hui il y en a deux douzaines, un par quartier. Il faut que ça continue à être une destination de choix à la fois pour les visiteurs et les résidents », a-t-il dit.

Le rapport sur les marchés doit être examiné et approuvé lors de la séance du conseil municipal de mercredi.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer