Pas de place pour le bilinguisme officiel

Selon le maire Jim Watson, Ottawa est déjà... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Selon le maire Jim Watson, Ottawa est déjà une ville bilingue non officielle.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le maire d'Ottawa Jim Watson a accordé une place à la francophonie lors de son discours annuel sur l'état de la ville, mercredi matin, à la réunion du conseil municipal. Mais toujours pas question pour M. Watson d'accorder un statut de bilinguisme officiel à la capitale du pays.

Selon lui, Ottawa est une ville bilingue.

« Nous avons un règlement officiel qui dit que la Ville est bilingue. Je pense qu'on a vu des statistiques qui disent qu'on continue d'améliorer les services », soutient-il.

Il a profité de l'occasion pour rappeler que le nombre de plaintes en matière de service en français est en baisse. Selon la tendance, la baisse de 30 % se reflète sur les données de 2014, 2015 et 2016. Malgré que ces chiffres reflètent l'engagement de la Ville à améliorer la qualité des services offerts aux francophones, il reste du travail à faire selon le maire.

« Une plainte, c'est trop à mon avis. C'est une bonne nouvelle qu'on enregistre une réduction de 30 %, mais c'est toujours nécessaire pour nous de continuer d'améliorer les services dans les deux langues officielles », souligne M. Watson.

Année de célébrations

L'année 2017 sera marquée par les célébrations du 150e anniversaire de la Confédération. Le maire compte profiter de cette année phare afin de changer le visage d'Ottawa, souvent perçue comme une ville tranquille. 

Les quelque 10 millions de visiteurs attendus permettront à la municipalité d'enregistrer un développement économique sans précédent. 

M. Watson mise d'ailleurs sur l'importance de faire briller la ville dans les années subséquentes grâce entre autres au partenariat avec Tourisme Ottawa dans la stratégie « Plus de candidatures, plus de victoires, plus d'événements » afin d'attirer des événements sportifs et culturels dans la capitale.

Les nombreux chantiers de construction se solderont en plusieurs legs pour la Ville, dont le réaménagement du Centre national des arts, le monument hommage à la Coupe Stanley, le centre d'innovation de la cour Bayview et le nouveau Musée de la Banque du Canada.

Au chapitre économique, Jim Watson mènera une mission à Queen's Park, au cours des prochaines semaines, afin de positionner la ville en matière de technologie. L'objectif de cette mission à Toronto est de développer le secteur de la haute technologie, en plus de chercher des appuis dans l'industrie des véhicules autonomes.

« C'est une chance pour nous d'aller montrer que nous voulons nous impliquer au plus haut niveau en matière de voitures autonomes. Nous avons la technologie et les travailleurs qualifiés ici à Ottawa », explique M. Watson.

En ce qui concerne la hausse de la criminalité dans la capitale, le maire est conscient qu'il ne faut pas négliger la situation, mais est d'avis que la Ville est un endroit sécuritaire.

« Je conviens que toute augmentation de la criminalité est préoccupante et la situation nous indique qu'il faut renouveler nos efforts », affirme-t-il assurant que la municipalité est prête pour 2017. Il en a profité pour réitérer sa confiance envers le chef de police, Charles Bordeleau.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer