Marché By: des commerçants en ont ras-le-bol

Certains commerçants considèrent que l'image de marque du... (Etienne Ranger, Le Droit)

Agrandir

Certains commerçants considèrent que l'image de marque du marché By est archaïque.

Etienne Ranger, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

On a beau être à 10 jours du réveillon de Noël, l'ambiance n'était pas à la fête mardi lors de l'assemblée annuelle de la Zone d'amélioration commerciale (ZAC) du marché By, à Ottawa. Le malaise était palpable et les esprits se sont échauffés, certains commerçants ayant profité de l'événement pour critiquer l'image de marque « désuète » utilisée pour promouvoir le populaire secteur, réclamant même l'élection d'un nouveau conseil d'administration.

Alors que l'année qui s'achève a été difficile pour la majorité des entreprises et marchands du secteur en raison des nombreux travaux de construction en cours dans les environs (aménagement d'une esplanade sur la rue Georges, train léger, trou béant, rue Rideau), des gens d'affaires ont rapidement tenu à prendre la parole à la suite de l'allocution de la directrice générale de la ZAC, Jasna Jennings. Un manque de transparence et des lacunes en communication et marketing ont également été évoqués à maintes reprises.

« Il n'y a pas d'image de marque forte pour le marché. On a perdu confiance en l'actuel conseil. [...] La vision actuelle n'est pas efficace, si bien qu'il y a un manque de cohésion, de solidarité. Il faut se parler pour savoir dans quelle direction nous allons. C'est un excellent secteur où faire des affaires, mais la vibe n'est plus bonne, c'est en baisse. Pendant ce temps, je vois d'autres quartiers comme Hintonburg et Westboro qui sont sur une pente ascendante, ils ont des communications simples, ciblées pour leur clientèle », d'affirmer la propriétaire de la boutique The Handmade Bride, Meaghan Brunetti, qui a déménagé son commerce sur la rue Cumberland il y a un an. 

La jeune femme d'affaires croit qu'il faut du sang neuf à la table du conseil d'administration et souhaite des changements avant 2018, année prévue des prochaines élections. 

Même son de cloche pour Deek Labelle, la directrice générale du bar Le Chateau Lafayette, sis sur la rue York en plein coeur du marché By. 

« Ce qu'on dénonce, ce n'est pas le travail de la directrice générale, c'est l'image publique que le secteur projette. On ressemble à de la merde, on a l'air de gens qui ne savent pas ce qu'ils font, qui ignorent comment travailler main dans la main. On a aussi l'air d'avoir un budget de 0 $ pour faire de la promotion, alors que dans les faits, c'est tout le contraire. Et si la faute revient à la Ville, alors c'est elle que j'interpelle, il faut que les choses changent », dit-elle, estimant qu'une centaine de gens d'affaires sont frustrés. 

« Si vous oeuvriez dans le secteur privé, vous seriez congédiés », a même lancé un homme d'affaires en pointant du doigt les dirigeants de l'organisation en fin de soirée. 

Ne niant pas être heureuse de bientôt tirer le rideau sur l'année 2016 qui a été ardue, la directrice générale Jasna Jennings, qui semblait décontenancée par la tournure des événements lors de l'assemblée générale, dit comprendre en partie le mécontentement d'une part des commerçants. Mais il est hors de question pour elle de prendre tout le blâme.

« Les ventes sont en baisse, alors c'est épeurant, je les comprends. Mais il y a beaucoup de travail qui est fait en arrière-plan, alors je les invite à venir s'asseoir avec nous pour discuter. On doit travailler ensemble, car le négativisme ne mène nulle part », indique-t-elle, tenant à préciser que certaines personnes qui se plaignent sur une base fréquente ne s'impliquent pourtant pas et n'assistent pas aux rencontres. 

Espérant que l'année 2017 et les célébrations du 150e de la Confédération permettront aux gens de retomber en amour avec le marché By, Mme Jennings a tenu à préciser que pour la toute première fois en plusieurs décennies, le manque de stationnement dans le secteur n'était pas cette année le plus grand irritant signalé par les touristes et la population. Un récent sondage a conclu que près d'une personne sur deux (46 %) n'était pas tentée de s'y déplacer en raison des... travaux de construction.

La ZAC du marché By compte un total de 668 membres.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer