Feu vert à deux tours de 18 étages

Près de 525 logements seront construits dans les... (Courtoisie)

Agrandir

Près de 525 logements seront construits dans les bâtiments de six à 18 étages.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le projet domiciliaire comprenant deux tours de 18 étages, à l'angle du chemin Montréal et de la promenade Vanier, a obtenu le feu vert du conseil municipal.

Malgré les changements apportés par le promoteur, le conseiller du secteur n'a pas voté en faveur. Mathieu Fleury aurait aimé que le plan prévoie des mesures afin d'améliorer l'accès le long du chemin Montréal. Les six bâtiments seront érigés à proximité de l'intersection de la promenade Vanier et du chemin Montréal, où se trouve présentement le motel Ottawa Plaza Inn. « C'est déjà rock'n'roll dans ce coin-là avec le trafic, le Tim Horton et la station-service à proximité. Ça ne va pas aider la situation et le promoteur ne propose pas de solution », déplore M. Fleury.

Ce dernier est toutefois satisfait des modifications apportées aux plans. Près de 525 logements seront construits dans des bâtiments de six à 18 étages.

Entre autres, le promoteur a accepté d'inclure une marge de recul d'un mètre au 4e étage d'un bâtiment de 6 étages qui doit faire face au chemin Montréal. De plus, des maisons en rangées seront construites à proximité de la rue Gardner plutôt que les édifices de sept étages prévus initialement. 

Le promoteur a aussi accepté d'améliorer la transition entre la zone résidentielle avoisinante et des tours de 13 étages en faisant passer la distance entre les deux de sept à 10 mètres.

Le conseil municipal a approuvé la modification de zonage, mercredi. M. Fleury et le conseiller Jeff Leiper ont voté contre.

CAMO: les élus veulent une place pour leurs décisions

Après de longues discussions, mercredi, les élus d'Ottawa ont convenu que la Commission des affaires municipales de l'Ontario (CAMO) doit accorder plus d'importances à leurs décisions, bien que les moyens pour y arriver divisent les conseillers. Les élus ne s'entendaient pas sur la norme « raisonnable » proposée par certains, ainsi que par la province, lors des consultations. Comme le mentionne le CAMO sur son site Internet, cette norme « signifie que les audiences détermineraient si la décision initiale s'inscrit dans un éventail de décisions défendables relevant de l'autorité de la municipalité ou de l'autorité approbatrice. S'il était déterminé que la décision s'inscrit dans cet éventail de décisions, la CAMO ne pourrait pas la renverser. » Certains ont soulevé l'idée que le terme pourrait être contesté devant les tribunaux et ainsi prolonger un appel de la CAMO, ce qui ferait gonfler la facture pour la Ville en fin de compte. La motion présentée par la conseillère Jan Harder, qui s'opposait au caractère raisonnable, suggère que l'Ontario soit plus claire sur les façons dont la CAMO prend en compte les décisions du conseil. Sa motion a finalement été adoptée.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer