Peu de changement dans les esquisses

L'architecte en chef du projet, Peter Clewes, croit... (Courtoisie)

Agrandir

L'architecte en chef du projet, Peter Clewes, croit toujours que la nouvelle partie du Château Laurier doit se démarquer de l'ancienne.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le design révisé des nouvelles ailes proposées pour l'agrandissement de l'hôtel Château Laurier diffère peu visuellement de la première version proposée à l'été. Toutefois, leur superficie globale a été réduite de 8 %, a-t-on précisé jeudi soir lors du dévoilement des nouvelles esquisses du projet par Larco Investiments, propriétaire de l'immeuble historique.

Pour l'architecte en chef du projet, Peter Clewes, l'important est que la nouvelle section, qui doit accueillir quelque 200 nouvelles chambres, soit distincte de l'hôtel pour éviter la confusion entre l'aspect l'historique de l'architecture et la période contemporaine.

« Certaines personnes croient que si on doit ajouter une partie à un site historique, elle se doit de respecter la signature originale. Je respecte ça, mais je suis en désaccord, comme le sont des professionnels en patrimoine au pays. C'est une manière de confondre l'histoire », a expliqué M. Clewes.

« Nous ne devrions pas confondre l'histoire, la recréer. Les immeubles et l'architecture sont des marqueurs culturels importants de toutes les époques, comme le sont l'art, la littérature et la musique. On n'écrit plus de symphonies romantiques du 17e siècle aujourd'hui, et il ne le faut pas non plus », a-t-il illustré.

L'architecte en chef du projet, Peter Clewes, croit... (Courtoisie) - image 2.0

Agrandir

L'architecte en chef du projet, Peter Clewes, croit toujours que la nouvelle partie du Château Laurier doit se démarquer de l'ancienne.

Courtoisie

Les premières ébauches présentées en septembre avaient suscité de vives réactions. Plusieurs avaient qualifié le projet de hideux, tandis que d'autres critiquaient le choix d'un style plus contemporain pour cet édifice historique. Le maire d'Ottawa, Jim Watson, n'avait pas caché sa déception à l'égard du projet.

Le projet révisé comprend toujours la démolition du stationnement actuelle et la construction d'un stationnement souterrain de cinq étages. Une nouvelle cour intérieure, des plans d'eau le long de l'avenue Mackenzie, des toits verts et des jardins aménagés complètent le design revampé présenté jeudi soir dans la salle de bal du Château Laurier.

David Jeanes, de Patrimoine Ottawa, est demeuré prudent dans ses commentaires à la suite du dévoilement de la nouvelle maquette.

« Je crois que certaines des personnes qui se sont montrées préoccupées exprimeront les mêmes inquiétudes, a indiqué M. Jeanes. Certaines personnes ne veulent tout simplement pas voir une addition moderne à l'hôtel. C'est donc un grand problème. Comment agrandir un immeuble d'une importance historique comme le Château Laurier sans faire quelque chose qui décevra des gens ? Certains l'aimeront, d'autres avanceront que ça bloque la vue de paysages importants, et d'autres diront que l'architecture moderne ne sied pas avec celle du Château », a expliqué M. Jeanes.

Larco Investments présentera sa nouvelle mouture de son projet d'agrandissement sous peu à la Ville d'Ottawa, et devra rencontrer le conseil d'administration de la Commission de la capitale nationale. Dans le meilleur des scénarios, les travaux de construction pourraient débuter à la fin de l'automne 2017.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer