Tunnel du train léger: plus de peur que de mal

Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il y a eu plus de peur que de mal en... (Etienne Ranger, Le Droit)

Agrandir

Etienne Ranger, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il y a eu plus de peur que de mal en fin d'après-midi jeudi, au centre-ville d'Ottawa, lorsqu'une petite portion de l'acier d'armature s'est détachée puis est tombée sur des travailleurs oeuvrant sur le chantier du tunnel du train léger, blessant légèrement l'un d'entre eux. De prime abord, plusieurs avaient craint le pire.

C'est que lorsque la nouvelle s'est propagée comme une traînée de poudre sur les réseaux sociaux, dans les minutes après l'incident, la rumeur voulait que la chaussée s'était affaissée ou qu'il y avait carrément eu un effondrement dans le tunnel où des centaines d'ouvriers sont à pied d'oeuvre quotidiennement. Des informations circulaient également à l'effet qu'une opération de sauvetage était nécessaire, laissant croire que des gens étaient coincés dans le chantier sous-terrain, mais le tout a été démenti par les autorités peu de temps plus tard. 

Les services d'urgence ont été déployés en grand nombre sur les lieux de l'accident de travail, survenu vers 16 h 20 à environ 200 mètres d'un point d'accès au chantier situé à l'intersection des rues Laurier et Waller, à quelques pas des pavillons Simard et Desmarais de l'Université d'Ottawa. 

Les travailleurs s'affairaient au moment de l'incident à appliquer du béton sur la paroi latérale du tunnel près du portail est. Ils procédaient aussi à l'installation de tiges de métal.

« Une partie de l'acier d'armature s'est détachée et reposait sur le chariot élévateur des travailleurs qui ont dû demander de l'aide pour abaisser celui-ci en toute sécurité. Tous les travailleurs sont sortis du tunnel, et l'un d'entre eux a été légèrement blessé à une main », a déclaré par voie de communiqué le directeur général d'OC Transpo, John Manconi, qui a qualifié le tout « d'incident mineur ». 

Les paramédics sont intervenus auprès de trois ouvriers, qui sont sortis du tunnel se façon sécuritaire. Heureusement, un seul d'entre eux a été transporté à l'hôpital, souffrant d'une blessure à la main, tandis que ses collègues s'en sont sortis indemnes mais ébranlés.

« Il n'y a pas eu d'affaissement du tunnel comme tel, c'est un affaissement d'une section vide où les employés travaillaient. Maintenant, on ne sait pas si c'est lié à leur approche ou au travail, mais ce n'est pas lié aux opérations d'excavation du tunnel », de dire le conseiller de Rideau-Vanier, Mathieu Fleury, estimant qu'il est prématuré de se poser des questions sur la sécurité des travailleurs en général sur le chantier du tunnel long de 2,5 kilomètres. 

À son avis, l'un des éléments à retenir est la rapidité à laquelle les premiers répondants sont intervenus. 

Le maire Jim Watson, heureux que personne n'ait été blessé gravement, a pu brièvement discuter avec deux des trois ouvriers.

« Ils avaient l'air sous le choc. Quand tu vis une telle expérience, ça t'affecte personnellement », a-t-il lancé à la meute de journalistes.

Un périmètre de sécurité a rapidement été érigé et la scène a attiré l'attention de dizaines de curieux. Une portion de la rue Laurier en direction est a dû être fermée à la circulation en pleine heure de pointe, avant d'être rouverte vers 18 h 30. Le service d'OC Transpo a également été perturbé, les déviations d'autobus entraînant des retards atteignant jusqu'à une demi-heure. 

Des enquêteurs du ministère du Travail de l'Ontario ont été dépêchés sur le site en soirée afin de faire la lumière sur les circonstances de l'incident.

Les travaux de construction du tunnel du train léger à cet endroit sont suspendus jusqu'à nouvel ordre, a précisé le maire Watson.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer