Le RGA appuie le bilinguisme officiel

Il est prouvé que la Ville d'Ottawa tirerait... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Il est prouvé que la Ville d'Ottawa tirerait de nombreux avantages à être désignée officiellement bilingue, selon le RGA de la capitale nationale.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La communauté d'affaires ajoute sa voix aux militants qui réclament la désignation officiellement bilingue de la Ville d'Ottawa. Les résultats d'un sondage, réalisé cet automne auprès de 200 membres du Regroupement des gens d'affaires (RGA) de la capitale nationale, démontrent que 82 % sont favorables à la décision du RGA d'appuyer le mouvement demandant une désignation bilingue.

L'argument économique doit être considéré dans cette décision, soutient le directeur général de l'organisme, Jean Léger. La désignation assurerait la pérennité des services en français dans la capitale, en plus d'entraîner des retombées positives sur l'essor économique.

« Je pense que le corridor économique Toronto-Montréal est significatif. Ottawa est dans le centre de ce corridor. Je crois que le bilinguisme est un avantage extrêmement important dans lequel Ottawa est bien situé, soutient M. Léger. Si on tire notre épingle du jeu, on donnerait un impact économique encore plus grand pour la région. »

Il cite en exemple une étude du Conference Board du Canada de 2013, qui confirmait l'avantage économique du bilinguisme pour l'ensemble des Canadiens.

M. Léger rappelle que la promotion des affaires francophones et bilingues a toujours été au coeur de la mission du RGA. Les membres peuvent bénéficier du programme « Aide aux entreprises » afin de bonifier leurs services dans les deux langues officielles. 

La position du RGA vient renforcer la déclaration faite en 2014 alors que l'organisme s'affichait publiquement en faveur d'une ville d'affaires bilingue.

Confiance pour 2017

Bien que le maire Jim Watson ait martelé à plusieurs reprises qu'il n'entend pas désigner la Ville d'Ottawa officiellement bilingue, le directeur général du RGA croit que le vent pourrait tourner.

« J'ai bon espoir qu'on va y arriver. La communauté francophone se prend en main dans ce dossier. Notre souhait c'est qu'on puisse célébrer la désignation le 1er juillet 2017 et que ce soit entériné dans la politique provinciale », affirme M. Léger.

Le RGA compte un peu plus de 350 membres des deux côtés de la rivière des Outaouais, mais majoritairement en Ontario.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer