Recul du bilinguisme chez les chauffeurs

OC Transpo peine à maintenir son objectif d'avoir 25 % de conducteurs... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

OC Transpo peine à maintenir son objectif d'avoir 25 % de conducteurs bilingues. Aujourd'hui, tout juste 17 % des quelque 1700 chauffeurs peuvent s'exprimer en anglais et en français, alors que la cible établie il y a six ans avait été atteinte en 2014.

« On essaie de comprendre pourquoi on est à 17 % en ce moment. Un des facteurs qu'on pense qui peut l'expliquer, c'est l'attrition de postes et le fait que plusieurs opérateurs ont pris leur retraite dernièrement », explique Cathy Holt, chef de section avec les opérations des employés pour OC Transpo. 

Les employés ne sont pas tenus de divulguer leurs compétences linguistiques. Ces données sont recueillies sur une base volontaire. Un examen détaillé du bilinguisme des chauffeurs doit être réalisé l'an prochain.

OC Transpo tente, dans la mesure du possible, d'attirer du personnel bilingue lors du recrutement, soutient Mme Holt. Les candidats ont la possibilité de faire leur entrevue dans l'une ou l'autre des langues officielles.

Para transpo 

Elle souligne par ailleurs que 28 % des opérateurs de Para Transpo, qui offre du transport pour les personnes handicapées, sont bilingues.

L'employeur offre des formations linguistiques aux employés qui souhaitent améliorer leurs compétences linguistiques en anglais et en français. Depuis le début de l'année, 34 chauffeurs se sont inscrits à la formation dans la langue de Molière - trois se sont retirés depuis - et six suivent les cours en anglais. En 2014 et 2015, environ 25 chauffeurs ont suivi la formation en français - deux se sont retirés la première année et un l'an dernier. Les cours d'anglais ont attiré 12 chauffeurs il y a deux ans et sept l'an dernier.

Deux langues, un atout pour le 150e

Les anciens membres du Comité consultatif sur les services en français à la Ville d'Ottawa ont collaboré avec OC Transpo afin d'améliorer le rendement au chapitre du bilinguisme.

« Je trouve ça fort louable qu'on établisse une cible de 25 %, souligne l'actuelle présidente, Johanne Leroux. [...] Ce serait apprécié qu'au moins 25 % des chauffeurs puissent servir la clientèle dans les deux langues officielles. J'ose espérer qu'il a eu un progrès au fil des années. »

Les compétences linguistiques des conducteurs d'autobus ne font pas partie des priorités du Comité actuel. Toutefois, Mme Leroux soutient qu'il est préférable d'atteindre les cibles fixées, surtout en prévision des célébrations du 150e anniversaire de la Confédération, l'an prochain, alors qu'un flot important de touristes est attendu dans la région. « C'est sûr qu'on veut célébrer les deux langues officielles, dit-elle. On veut faire bonne figure en tant que capitale nationale. »

À plus long terme, le Comité souhaite établir des démarches favorisant l'embauche d'un plus grand nombre d'employés bilingues dans l'ensemble des postes offerts à la Ville. Les membres doivent rencontrer les ressources humaines en septembre 2017.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer