Un tarif pour les plus démunis

Les citoyens à faible revenu pourront bénéficier d'un tarif abordable à bord... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les citoyens à faible revenu pourront bénéficier d'un tarif abordable à bord des autobus d'OC Transpo.

Ce laissez-passer offrira un rabais sur le tarif mensuel régulier qui passera à près de 112 $ en janvier prochain. Il s'adresse aux personnes à faible revenu vivant au seuil ou sous le seuil de la pauvreté établi par Statistique Canada.

L'administration municipale estime qu'environ 8800 usagers sont admissibles. Il s'agit de résidents ayant un revenu de moins de 20 000 $ ou de familles de quatre personnes gagnant moins de 38 000 $ par année.

« Cette nouvelle option de transport en commun nous aidera à créer une ville encore plus abordable pour les résidents à la recherche d'un emploi, pour les familles monoparentales, pour les immigrants qui s'établissent à Ottawa, ou pour ceux qui sont temporairement au chômage en raison d'une blessure », souligne le président de la commission du transport en commun, Stephen Blais.

Plus d'infos en novembre

Les détails concernant le financement et le montant du rabais offert seront connus lors du dépôt du budget 2017, le 9 novembre prochain.

La Ville assure que le laissez-passer pour les résidents à faible revenu ne sera pas subventionné par les autres usagers du transport en commun. La politique du conseil municipal sur le montant qu'OC Transpo recueille auprès de ses usagers par rapport au montant prélevé des cotisations des contribuables pour le transport en commun restera la même. 

« Nous avons trouvé une source de revenus et nous allons annoncer les détails au budget, explique le maire Jim Watson. [...] Le nouveau laissez-passer offrira un important rabais sur le tarif pour adultes. Notre proposition laissera plus d'argent dans les poches des gens qui sont les plus vulnérables. »

Plusieurs discussions ont eu lieu dans la communauté afin d'établir un tarif abordable pour les personnes plus démunies. 

Les organismes sociaux réclament une accessibilité plus grande au transport en commun pour les personnes dans le besoin. Ottawa affirme répondre à ces demandes avec l'annonce du nouveau laissez-passer.

L'annonce saluée par le milieu communautaire

L'annonce d'un tarif réduit pour les gens démunis répond à une demande de la population en matière d'accessibilité au transport en commun.

L'organisme Faire compter les voix accueille favorablement la mesure présentée par le maire Jim Watson, mardi, et qui doit être intégrée au budget municipal de 2017.

Le laissez-passer pour les personnes à faible revenu assure un accès au transport en commun pour un plus grand nombre de citoyens, affirme l'organisme. Ces derniers demandent que le tarif soit établi à 41,75 $ par mois. Les détails seront connus seulement lors du dépôt du budget, le 9 novembre prochain. « Un laissez-passer pour les personnes à faible revenu améliore la qualité de vie des citoyens. Les gens ne devraient pas avoir à choisir entre être en mesure de se rendre à un rendez-vous médical ou au travail, et d'autres nécessités comme la nourriture ou payer les factures », souligne Cameron MacLeod, vice-présidente de la Coalition des Centres de ressources et de santé communautaire d'Ottawa.

De leurs côtés, plusieurs conseillers ont salué l'annonce du maire Watson et du conseiller Blais sur les réseaux sociaux.

Uber obtient son permis à Ottawa

Après avoir circulé illégalement pendant deux ans dans les rues de la capitale fédérale, l'entreprise de covoiturage commercial Uber Canada a obtenu son permis municipal mardi. Bien que la nouvelle réglementation pour les entreprises de transport privée est entrée en vigueur vendredi dernier, les conducteurs doivent avoir un permis en leur possession. L'administration de la Ville a indiqué mardi que 1528 permis municipaux ont été délivrés à ce jour. L'arrivée d'Uber dans la capitale a soulevé plusieurs inquiétudes du côté des chauffeurs de taxi qui craignent pour l'avenir de leur industrie. Rappelons que la compagnie Metro Taxi, qui opère sous le nom de Capital Taxi, et son copropriétaire Marc-André Way ont intenté une poursuite de 215 millions de dollars contre la Ville d'Ottawa. 

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer