Le chef Bordeleau dénonce les commentaires racistes d'un de ses agents

Le chef de police d'Ottawa, Charles Bordeleau... (Martin Roy, Archives LeDroit)

Agrandir

Le chef de police d'Ottawa, Charles Bordeleau

Martin Roy, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le chef de police d'Ottawa, Charles Bordeleau, juge inacceptables les commentaires de nature raciste qui auraient été mis en ligne par un de ses agents au sujet des Premières Nations.

Les commentaires concernaient la communauté autochtone et l'artiste inuite Annuie Pootoogook, dont le corps a été repêché dans la rivière Rideau la semaine dernière. 

Dans l'une des publications, l'agent mentionne que la communauté autochtone fait un usage abusif de drogues et d'alcool. De plus, il rejette la thèse du meurtre.

«Il y a des atteintes au point de vue racial qui ne reflètent pas les valeurs de l'organisation. J'ai eu des conversations avec certains leaders de la communauté autochtone pour voir comment on peut aller de l'avant», explique le chef Bordeleau.

Le policier n'a pas été suspendu de ses fonctions, mais il ne travaille pas directement dans la communauté pendant l'enquête.

Le chef de police assure que les agents du Service de police d'Ottawa suivent des formations afin que leurs préjugés n'aient pas d'impact sur leur travail.

Une enquête a été ouverte à la suite d'une plainte déposée dans cette affaire.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer