Un rattrapage du français réclamé à Ottawa

Les membres du CCSF d'Ottawa recommandent à la... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Les membres du CCSF d'Ottawa recommandent à la Ville de ne pas changer les cours déjà en français par des programmes bilingues, sauf en cas d'annulation faute d'inscription.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le Comité consultatif sur les services en français (CCSF) d'Ottawa poursuit ses efforts afin de favoriser le rattrapage pour présenter davantage d'activités récréatives dans la langue de Molière.

Selon les membres, la création de carrefours francophones permettrait d'assurer la vitalité culturelle de la communauté francophone. Un sous-comité a présenté un rapport, jeudi, proposant d'élargir l'offre en français dans l'ouest de la ville en mettant sur pied des carrefours satellites. 

Concernant la mise sur pied d'un projet pilote misant sur l'offre et la publicité de programmes bilingues pour adultes, les membres ne parviennent pas à s'entendre. Selon certains, ce modèle risquerait de remplacer l'offre de services uniquement en français et engendrerait une offre majoritairement anglophone au fil du temps. 

Les membres recommandent, si la Ville décide d'aller de l'avant, de ne pas changer les cours déjà offerts en français par des programmes bilingues, sauf dans le cas où un cours est annulé faute d'inscription, et d'assurer un suivi afin de dresser le portrait de la situation à la fin du projet pilote.

Afin de rejoindre le plus grand nombre de citoyens possibles, le CCSF propose d'élargir la promotion des programmes francophones aux communautés francophiles et aux nouveaux arrivants afin de leur donner l'occasion d'améliorer leur français.

Parcs et loisirs

Le Comité a aussi émis des recommandations aux Services des parcs, des loisirs et de la culture de la Ville d'Ottawa afin d'améliorer l'offre en français. La création d'un groupe de travail avec les deux conseils scolaires de langue française de la région permettrait de bonifier le nombre d'activités de loisir pour les jeunes de l'ouest d'Ottawa. 

De plus, les Services des parcs, des loisirs et de la culture devraient envisager d'ajouter une composante linguistique dans les critères d'embauche dans le but d'accroître la diversité linguistique de son personnel à temps partiel.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer