Capitale bilingue: le RGA consulte ses membres

«Faut-il en faire plus selon vous?», a demandé... (Archives, LeDroit)

Agrandir

«Faut-il en faire plus selon vous?», a demandé le président du RGA, Yves Ducharme, aux membres de l'organisation à propos du projet «Ottawa, ville bilingue».

Archives, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Droit

Le Regroupement des gens d'affaires (RGA) de la capitale nationale a préparé un mini-sondage destiné à ses membres pour déterminer la position que l'organisation doit adopter sur l'initiative Ottawa, ville bilingue.

En 2014, le RGA s'affichait publiquement en faveur d'une ville d'affaires bilingue, et a toujours encouragé les entrepreneurs à faire des affaires dans la langue de leur choix. «Or, faut-il en faire plus selon vous ?», demande le président du RGA, Yves Ducharme.

Dans son message aux membres, M. Ducharme rappelle les résultats d'un récent sondage commandé par le Commissariat aux langues officielles qui révèle que 88 % des répondants appuient les objectifs de la Loi sur les langues officielles, et que 87 % des personnes sondées sont pour la reconnaissance officielle du statut bilingue d'Ottawa.

Il ajoute que l'approche «Ottawa, ville bilingue» proposée par de nombreuses organisations franco-ontariennes «ne demande rien de plus que d'assurer le même niveau et la même qualité de services aux francophones d'Ottawa que ce qui est offert actuellement», mais que ces organisations «craignent de voir ces services s'atténuer au gré des différents conseils élus s'ils ne sont pas enchâssés» dans une loi.

Le RGA compte un peu plus de 350 membres des deux côtés de la rivière des Outaouais, mais majoritairement en Ontario.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer