Devant le QG de la police pour demander justice

Près de 200 manifestants se sont rassemblés devant... (Etienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

Près de 200 manifestants se sont rassemblés devant le quartier général de la police d'Ottawa, mercredi soir, pendant près de deux heures. Des rassemblements ont eu lieu simultanément dans six autres villes canadiennes.

Etienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un mois après la mort d'Abdirahman Abdi, le Canadien d'origine somalienne décédé à la suite d'une intervention policière, les membres de la communauté noire d'Ottawa continuent de réclamer justice.

Près de 200 manifestants se sont rassemblés devant le quartier général de la police d'Ottawa sur la rue Elgin, mercredi soir, pendant près de deux heures.

Plusieurs slogans ont été scandés tout au long de la soirée, dont «Black lives matter» («Les vies noires comptent») et «No justice, no peace» («Pas de justice, pas de paix») sous les yeux des policiers qui surveillaient le rassemblement à l'écart. Les membres de la communauté n'ont pas hésité à crier haut et fort leurs frustrations face au travail des policiers.

Des membres de la famille du défunt ont participé à la soirée. La tante d'Abdirahman Abdi a rappelé que sa famille demande justice en plus de chercher la paix et la sécurité. «Notre famille est venue s'établir au Canada pour trouver un refuge contre la violence», a-t-elle déclaré.

Des rassemblements ont eu lieu simultanément dans six autres villes canadiennes, dont Toronto, Vancouver, Winnipeg et Hamilton. 

«Plusieurs villes ont décidé de participer au mouvement pour rappeler que des événements comme celui-ci peuvent arriver au Canada. [...] C'est important de se rappeler ce qui s'est passé il y a un mois et de ne jamais oublier son nom. Nous ne voulons pas que la police efface ce qui s'est passé», explique Leila Moumouni-Tchouassi, membre de l'organisme Ottawa Black Diaspora qui coordonnait l'événement avec le mouvement Black Lives Matter de Toronto.

Les manifestants demandent que les policiers impliqués dans l'altercation du 24 juillet dernier soient tenus responsables des gestes commis et suspendus de leurs fonctions. Ils veulent aussi que le rapport de l'Unité des enquêtes spéciales de l'Ontario, qui tente de faire la lumière sur les événements, soit rendu public.

L'altercation policière a eu lieu dans le quartier Hintonburg. Les policiers ont été appelés à intervenir à la suite d'une plainte pour attouchement inapproprié dans un café du secteur. Une poursuite s'en est suivie. Des témoins de la scène ont qualifié l'intervention de violente. La victime de 37 ans, qui souffrait de troubles mentaux, est décédée le lendemain à l'hôpital. 

Par ailleurs, l'Association canadienne des mères d'origine somalienne organise une soirée de discussion, jeudi, afin d'échanger sur les questions de sécurité et d'inégalités touchant les communautés noires.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer