La capitale fédérale passe aux lampadaires DEL

La conversion suit un projet-pilote qui se déroule... (Martin Roy, LeDroit)

Agrandir

La conversion suit un projet-pilote qui se déroule depuis deux ans sur l'avenue Carling, où 750 dispositifs d'éclairage ont été adaptés avec la technologie DEL, permettant à la Ville d'économiser plus de 72 000$ par an.

Martin Roy, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Charles-Antoine Gagnon

Collaboration spéciale

Le Droit

La Ville d'Ottawa va de l'avant avec la conversion à l'éclairage DEL de quelque 58 000 lampadaires. L'initiative lui permettra d'épargner environ 6 millions $ par année lorsque le processus sera terminé, dans quatre ans.

Malgré des inquiétudes exprimées dans des études concernant les effets perturbateurs qu'auraient ces lumières sur le sommeil, les autorités ottaviennes ont voulu se faire rassurantes, lundi, lors d'un point de presse pour annoncer le projet.

LeDroit avait d'ailleurs publié un dossier sur le sujet en octobre dernier, alors que Gatineau songeait à entreprendre un virage semblable.

L'administration municipale et Énergie Ottawa, filiale d'Hydro Ottawa, précisent que l'éclairage par diode électroluminescente (DEL) utilisé dans les quartiers résidentiels est qualifié de «blanc chaud», et émet moins de bleu artificiel que le DEL neutre. Selon des études, la lumière bleue projetée par ce type d'éclairage a des effets négatifs sur la santé. 

La technologie adoptée dans la capitale permettra aussi de diminuer ou d'augmenter l'intensité de la luminosité de chaque lampadaire. 

«On peut contrôler chaque lumière individuellement. Dans les quartiers résidentiels, on peut diminuer l'intensité alors qu'on peut l'augmenter sur les grandes artères», a expliqué Bryce Conrad, président et chef de la direction chez Hydro Ottawa.

La tâche de convertir ces dizaines de milliers de lampadaires de l'éclairage traditionnel au sodium à l'éclairage DEL suit un projet-pilote qui se déroule depuis deux ans sur l'avenue Carling, où 750 dispositifs d'éclairage ont été adaptés avec la technologie DEL, permettant à la Ville d'économiser plus de 72 000$ par an. Des lampadaires ont été modifiés au cours des deux derniers mois dans le secteur Orléans.

Selon les autorités ottaviennes, il n'y aurait eu aucune plainte sur la luminosité à la suite des changements.

L'éclairage de rue représente 17% de la consommation d'électricité d'Ottawa. On évalue que la nouvelle technologie permettra une réduction de 50% de la consommation d'énergie et réduira de moitié les coûts d'entretien.

«Ça réduit le niveau d'émissions de gaz à effet de serre, et c'est un meilleur éclairage», a aussi fait valoir le maire d'Ottawa, Jim Watson.

La conversion des lampadaires devrait coûter 30 millions $. 

Du côté de Gatineau, la Ville souhaite éventuellement convertir l'éclairage de rue pour un éclairage DEL, mais aucune stratégie n'a été arrêtée à ce jour. Une présentation au conseil municipal à ce sujet pourrait avoir lieu au début de 2017.

La Ville de Montréal entreprendra elle aussi une conversion de son éclairage urbain, actuellement au sodium haute pression, vers l'éclairage DEL. La Ville envisageait de privilégier le blanc neutre à 4000 kelvins, mais elle a demandé un avis de pertinence à la Direction de la santé publique afin d'évaluer l'incidence ou non de l'éclairage DEL sur la santé des citoyens. Elle attend cet avis afin de préciser le concept à déployer sur son territoire.

Le vieux matériel d'éclairage à Ottawa sera recyclé.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer