Cannabis: «Ottawa doit agir», croit Fleury

Le conseiller de Rideau-Vanier, Mathieu Fleury... (Archives, LeDroit)

Agrandir

Le conseiller de Rideau-Vanier, Mathieu Fleury

Archives, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Même si la police d'Ottawa affirme que les citoyens de la capitale sont davantage préoccupés par les gangs violents que par les commerces vendant de la marijuana, le conseiller du quartier Rideau-Vanier, Mathieu Fleury, souhaite que les autorités agissent.

« Je pense que la police d'Ottawa se confond, a lancé M. Fleury, jeudi, lorsqu'invité à réagir sur la question. Il va y avoir quelque chose qui va rendre la vente de la marijuana légale, mais ils ne peuvent pas prétendre que tout va être légal dans tous les contextes, [...] alors on doit y aller avec les règlements qu'on a présentement, et c'est Santé Canada qui permet aux commerçants de vendre de la marijuana aux patients qui ont les bonnes ressources et les bonnes approbations. »

Alors qu'une poignée de commerces offrant du cannabis ont vu le jour sur le chemin Montréal, dans le secteur Vanier, le conseiller Fleury estime qu'il ne faut pas les laisser vendre cette drogue en toute impunité.

À la suite d'une chronique de Denis Gratton parue mercredi dans LeDroit dans laquelle il racontait avoir facilement acheté de la marijuana sans ordonnance chez Weeds Glass & Gifts, la police d'Ottawa avait réagi en affirmant qu'il ne s'agissait pas d'une priorité pour les forces de l'ordre s'il n'y a pas de plaintes de la population. Un point de vue que ne partage pas Mathieu Fleury.

« On a vu que Toronto a agi, Vancouver a agi. Ottawa doit agir, et c'est au service de police d'agir, affirme le conseiller municipal. On a passé à travers les Money Mart, les Payday Loans et tout cet enjeu sur le chemin Montréal, et là ce sera la prochaine vague. Ce n'est pas une farce, là. C'est réel et il ne faut pas juste attendre. On a des pouvoirs actuellement, et on doit agir. »

M. Fleury, qui a déjà discuté de la situation avec le chef de police, compte « le relancer dans les prochains jours », soulignant n'avoir rien vu « de tangible sur le terrain ».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer