Déneigement: le seuil minimal maintenu à 7 cm

Le seuil minimum d'accumulation pour le déploiement des chasse-neiges dans les... (Étienne Ranger, Archives LeDroit)

Agrandir

Étienne Ranger, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Charles-Antoine Gagnon

Collaboration spéciale

Le Droit

Le seuil minimum d'accumulation pour le déploiement des chasse-neiges dans les rues des quartiers résidentiels d'Ottawa doit rester à 7 cm, a tranché mercredi le Comité des transports de la Ville d'Ottawa.

Le Comité s'est ainsi plié devant la pression exercée par des citoyens de la ville qui s'opposaient à ce que le seuil passe à 10 cm, comme le proposait un rapport soumis par le Service des travaux publics. 

Le conseil de ville sera appelé à adopter la recommandation du Comité, la semaine prochaine.

La mesure proposée dans le rapport s'inscrivait dans divers moyens pour trouver des économies nettes de 5,9 millions $, de 2016 à 2018.

La recommandation pour hausser le seuil aurait permis d'économiser deux millions $ sur cette période. Toutefois, un million aurait été réinvesti pour réduire les délais de déneigement.

« Je crois qu'il y avait des avantages avec cette proposition. Nous devions avoir la rétroaction du public, nous l'avons eue, et les gens n'ont pas vu les avantages de la même manière que nous. Ils ont plutôt noté que les inconvénients pesaient plus lourd dans la balance », a expliqué le président du Comité des transports, Keith Egli.

Pour le porte-parole de l'unité locale 503 du Syndicat canadien de la fonction publique pour Ottawa-Carleton, Clarence Dungey, le maintien du seuil à 7 cm est essentiel « pour assurer la sécurité des personnes âgées, des handicapés et des parents qui promènent leur enfant avec une poussette ».

Les opérations hivernales de la Ville d'Ottawa ont accusé des déficits au cours des quatre dernières années. En 2015, le budget pour les opérations de déneigement a été établi à 59,9 millions $, mais ce sont 67,5 millions $ qui auront été dépensés. La conseillère Diane Deans a affirmé qu'il y a des déficits dans les opérations de déneigement parce qu'elles sont sous-financées, a-t-elle plaidé.

L'ajustement des trajets d'épandage du sel et de déneigement fait aussi partie des recommandations du rapport.

Le conseiller du quartier Rideau-Vanier, Mathieu Fleury, croit que la Ville doit faire un examen complet de la gestion des opérations de déneigement.

« J'espère que l'on pourra, d'ici à la réunion du conseil, non seulement approuver le rapport, mais aussi élargir la révision de l'examen pour en arriver à un équilibre budgétaire tout en maintenant les niveaux de services », a-t-il suggéré au terme de la réunion du Comité des transports.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer