Un appui «très significatif» pour Mathieu Fleury

Mathieu Fleury, qui a été réélu comme conseiller... (Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit)

Agrandir

Mathieu Fleury, qui a été réélu comme conseiller de Rideau-Vanier, dit qu'il est toujours en réflexion quant à se lancer en politique provinciale.

Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Recevoir l'appui de Madeleine Meilleur pour prendre le relais dans sa circonscription est «très significatif» pour Mathieu Fleury. Mais la pression s'accentue pour le conseiller municipal, qui hésite sur son avenir politique.

Le 9 juin dernier, la ministre déléguée aux Affaires francophones et procureure générale de l'Ontario, Madeleine Meilleur, a annoncé son retrait de la vie politique. Après 25 ans de carrière, elle laisse vacant son poste de députée provinciale d'Ottawa-Vanier.

En début de semaine, lors d'une entrevue à TFO, la députée sortante a affirmé sa volonté de voir Mathieu Fleury reprendre ses fonctions, souhait qu'elle a répété sur les ondes de Radio-Canada vendredi.

Un souhait «très flatteur», dont Mathieu Fleury a pris connaissance en même temps que les lecteurs d'#ONFR. «On a travaillé ensemble sur beaucoup de projets, comme la revitalisation du marché By, l'étude sur le train léger, celle sur le tunnel pour les camions, la Nouvelle scène, la Galerie d'arts d'Ottawa», énumère le conseiller du quartier Rideau-Vanier, où Mme Meilleur a commencé sa carrière.

Quant à se lancer dans la course, Mathieu Fleury hésite. «Je suis en pleine réflexion, admet-il. Je me suis marié à la fin de l'année 2015, puis évidemment ma conjointe et moi on souhaite avoir des enfants. Alors cet élément-là, de trouver un équilibre entre ma vie professionnelle et ma famille, c'est important pour moi.»

L'entrée dans un parti politique serait aussi à prendre en considération. Car si son statut d'indépendant lui sert comme conseiller municipal, au niveau provincial, les règles du jeu seraient toute autres, croit le conseiller.

«(L'appui de Madeleine Meilleur) me met beaucoup de pression! lâche-t-il. Madeleine, c'est une amie, une mentor, et évidemment, avoir son appui, c'est flatteur. Ça démontre aussi la proximité de nos équipes et comment on a bien travaillé ensemble dans les dernières années. C'est sûr que moi, je prends cette décision très au sérieux. Je suis encore en réflexion, mais avoir l'appui de Madeleine, c'est très significatif.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer