Site d'injection supervisée: Ottawa consultera la population

Des dizaines de personnes se sont déplacées à la réunion du conseil de santé... (Archives, La Presse)

Agrandir

Archives, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Des dizaines de personnes se sont déplacées à la réunion du conseil de santé d'Ottawa, lundi soir, dans l'espoir de voir les gens autour de la table adopter les recommandations du médecin-chef en santé publique, le Dr Isra Levy, à propos de la présence d'un site d'injection supervisée dans la capitale.

Dans un rapport déposé lundi, le Dr Levy propose de reconnaître les sites d'injection supervisée comme des outils de réduction des méfaits et d'entreprendre une consultation pour déterminer la procédure à suivre pour implanter ce service à Ottawa.

Plusieurs ont pris la parole, tant des travailleurs sociaux, d'ex-consommateurs de drogues, des consommateurs actifs, que des gens préoccupés par la sécurité des personnes dépendantes. Sans exception, les gens présents ont tous imploré le conseil d'adopter les recommandations du Dr Levy.

« Je vais m'en servir de ce service. Je consomme la plupart du temps seul à la maison. S'il m'arrive quelque chose, je peux en mourir chaque fois. Si je rentre chez moi ce soir et que je consomme, je ne sais pas si je serai là demain. Ça n'arriverait pas dans un site d'injection supervisée », a témoigné un consommateur actif.

Au final, les membres du conseil ont adopté à la majorité les recommandations du médecin-chef en santé publique, à la grande satisfaction de la foule présente.

Les études présentées au conseil lundi soir étaient également unanimes, aucune étude n'a permis de retracer de réels effets négatifs provoqués par l'insertion de tels services dans une communauté, que ce soit la hausse de consommation ou de criminalité. Le seul effet observé, c'est la baisse significative des morts causées par des surdoses.

Le président du conseil, Shad Qadri, a admis être ambivalent sur la question et a d'ailleurs voté contre la proposition de reconnaître les sites d'injection supervisée comme des outils de réduction des méfaits.

Le conseiller du quartier Baie, Mark Taylor a également expliqué comprendre les réticences de certaines personnes face à ce type de service.

« Il y a six ou sept ans, mon intuition était de dire qu'avec ces sites, on encourage la consommation de drogues. Ma position a évolué. [...] On ne peut pas rejeter cette proposition pour des raisons philosophiques en voyant les données frappantes qui nous ont été présentées. Si on le fait, le nombre de morts par surdose va continuer d'augmenter. »

Les citoyens d'Ottawa, particulièrement ceux des quartiers qui pourraient accueillir un centre d'injection supervisée, seront consultés par sondage et lors d'assemblée publique à partir de cet été pour connaître leur opinion et leurs craintes par rapport à un tel projet.

Avis d'ébullition levé sur la rue Rideau

Les travaux qui ont suivi l'effondrement de la chaussée sur la rue Rideau ont finalement permis de rétablir l'ensemble des services d'alimentation en eau.

L'avis d'ébullition a été levé pour les commerces situés au 41, 45 et 80, rue Rideau.

Enbridge a terminé ses travaux dans la zone de l'affaissement.

La Ville d'Ottawa indique également que la réparation de la conduite d'eau principale est presque achevée, mais qu'une portion d'environ 20 mètres du tuyau devra être remplacée à l'ouest du cratère. Les services d'Hydro Ottawa et de Bell Canada ne sont pas encore tout à fait rétablis. Les travaux vont se poursuivre dans les prochains jours.

La Ville prévoit cependant qu'ils devraient durer environ une semaine de plus que l'échéancier de deux semaines prévu initialement.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer