Deux fois plus de signalements d'abus et de fraudes à Ottawa

Six employés municipaux de la Ville d'Ottawa ont été congédiés à la suite de... (ETIENNE RANGER, Archives LeDroit)

Agrandir

ETIENNE RANGER, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Six employés municipaux de la Ville d'Ottawa ont été congédiés à la suite de plaintes logées en 2015 sur la ligne de dénonciation de cas présumés d'abus et de fraudes à la Ville. La ligne, lancée en 2005, a d'ailleurs enregistré un record de signalements l'année dernière.

Dans son rapport sur la Ligne directe fraude et abus déposé lundi devant le Comité de la vérification de la Ville d'Ottawa, le vérificateur général, Ken Hughes, a indiqué que son bureau a traité 319 signalements en 2015 comparativement à 166 en 2014, une hausse de 92 %. En 2015, 58 % des signalements provenaient des citoyens et 42 % des employés municipaux.

Le document révèle entre autres que deux employés ayant volé et vendu du cuivre appartenant à la Ville ont été congédiés. Un autre employé a été mis à la porte pour avoir dérobé 68 $ dans un établissement municipal. 

Plusieurs employés ont été rappelés à l'ordre pour des manquements aux règlements ainsi que pour l'utilisation non autorisée ou abusive de biens et de renseignements municipaux comme, par exemple, la prise d'un congé sans en aviser un supérieur et l'usage d'un véhicule municipal à des fins personnelles. Un employé a été congédié pour avoir cumulé un autre emploi alors qu'il était en congé de maladie.

Un employé a démissionné à la suite d'une enquête, précise le rapport.

Le vérificateur général s'est dit surpris par la forte croissance du nombre de dossiers qui ont été portés à son attention en 2015.

« Je crois que ces 319 appels reflètent la notoriété accrue de cette importante ligne téléphonique plutôt qu'une augmentation des activités indésirables de la part du personnel », a-t-il tenu à préciser.

« Nos rapports dissuadent ceux qui songeraient à mener des activités déloyales, frauduleuses et inutiles, et ils préviennent les pertes pour la Ville », a continué M. Hughes devant le comité.

La Ligne directe fraude et abus de la Ville d'Ottawa existe depuis plus de dix ans. Les données de 2015 font dire au président du Comité de la vérification, Allan Hubley, que les gens ont confiance dans le système et ses mesures de protection de confidentialité. De son côté, le directeur municipal de la Ville d'Ottawa, Steve Kanellakos, signale que la ligne constitue une pièce essentielle en matière de transparence et d'imputabilité pour une municipalité.  « Je n'aime pas voir des rapports dans lesquels on découvre qu'un ou plusieurs de nos employés a fait quelque chose de mal. Ça nous affecte tous », a réagi M. Kanellakos.

Le rapport indique aussi que d'autres incidents rapportés ont été résolus grâce à des discussions entre les gestionnaires et les employés. La Ville d'Ottawa compte quelque 17 000 employés

Les dénonciations peuvent être faites par téléphone ou internet, et l'identité des dénonciateurs est protégée.

Dans une enquête distincte, le bureau de M. Hughes s'est penché sur des fonds manquants au centre de service à la clientèle principal de la Ville, mais les vérificateurs n'ont pas été en mesure de déterminer si le manque à gagner de 1075 $ était le fait d'une erreur ou d'un vol.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer