«Non au dépotoir» dans Cumberland

Des dizaines de citoyens ont manifesté leur opposition... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

Des dizaines de citoyens ont manifesté leur opposition au projet de dépotoir dans l'est rural de la Ville d'Ottawa.

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Charles-Antoine Gagnon

Collaboration spéciale

Le Droit

Des dizaines de citoyens opposés à l'implantation d'un vaste dépotoir dans un secteur rural de l'est d'Ottawa ont accentué la pression sur le gouvernement libéral de Kathleen Wynne en manifestant leur désaccord au projet, vendredi matin, devant le bureau de circonscription de la députée d'Ottawa-Orléans, Marie-France Lalonde.

Pancartes en main, une quarantaine de personnes, dont plusieurs fermiers et membres de leur famille, ont scandé «No Dump! Non au dépotoir!» lors de la manifestation. La députée Lalonde n'était pas à son bureau en raison de rendez-vous pris antérieurement.

La porte-parole du mouvement d'opposition «Dump this Dump 2», Lucie Régimbald, a indiqué que Mme Lalonde et le député de la circonscription voisine de Glengarry-Prescott-Russell, Grant Crack, doivent dire au ministre de l'Environnement, Glen Murray, que les résidents s'opposent à l'arrivée éventuelle d'un dépotoir, qu'ils sont mécontents de l'examen du gouvernement concernant l'étude environnementale du projet de l'entreprise Taggart Miller Environmental Services et que la proposition doit être référée au Tribunal de l'environnement.

Le centre de récupération des ressources de la région de la capitale serait installé près de la communauté de Carlsbad Springs. Les promoteurs proposent notamment un site d'enfouissement de 10,1 millions de mètres cubes pour les résidus et les matériaux industriels, commerciaux et institutionnels, ainsi qu'un centre de recyclage. Le dépotoir recevrait un maximum de 450 000 tonnes de déchets par année, le tout transporté par camion.

«Le plus ahurissant dans tout ça, c'est qu'on n'a pas besoin d'un nouveau dépotoir. On en a suffisamment à Ottawa en ce moment avec quatre. On ne produit pas assez de ce type de déchets dans la région pour la demande», a indiqué Mme Régimbald.

Les opposants ont de nombreuses préoccupations environnementales concernant la qualité de l'air, les risques de contamination des terres humides et des puits de surface ainsi que sur la fragilité du sol composé d'argile de Leda. 

L'agriculteur Marcel Bisson s'est dit inquiet de la présence d'un tel dépotoir pour l'eau potable, le ruisseau Bear qui longe les terres agricoles, les bassins versants et les terres elles-mêmes.

«La plupart des cultures commerciales dans cette région sont pour la consommation humaine», a souligné M. Bisson, qui a aussi déploré que la grande partie du rapport d'évaluation environnementale est rédigée en anglais uniquement. Les opposants au projet prévoient tenir une autre manifestation vendredi prochain devant le bureau du député Crack, à Rockland. La période de consultation publique de l'examen du ministère de l'Environnement prend fin le 20 mai.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer