Marche contre la violence au croissant Jasmine

Marian Hassan, la mère de Nooredin Hassan, une... (Martin Roy, LeDroit)

Agrandir

Marian Hassan, la mère de Nooredin Hassan, une des victimes des trois homicides qui se sont produits lors de la dernière année dans le quartier, a participé à la marche.

Martin Roy, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un proverbial drapeau blanc a été hissé dimanche, alors que près de 350 personnes ont défilé le long du croissant Jasmine, à Ottawa, où trois homicides se sont produits dans la dernière année.

À l'initiative du conseiller de Beacon Hill-Cyrville, Tim Tierney, la marche voulait mettre la communauté au diapason quant à la violence dans le quartier. Au fil d'arrivée, les participants étaient accueillis par des élus, des organismes communautaires et par le Service de police d'Ottawa, qui tenaient des tables d'information à l'intérieur de l'école secondaire Gloucester.

Pour Sharif Abdulli, qui faisait partie du cortège, le meurtre de son fils restera toujours un mystère. Nooredin Hassan était amical et pacifique; tout le contraire de l'image d'un criminel. Il y a un mois, le jeune père de famille a été abattu par balle en pleine rue devant l'école secondaire catholique Lester B. Pearson.

Selon lui, la marche a eu l'effet d'un cri du coeur pour appeler la communauté à mettre fin à la violence dans le quartier. «Après ce qui est arrivé, mes enfants, ma famille et moi-même, nous ne nous sentons pas en sécurité. Plus maintenant», a confié le père de la victime.

La Ville d'Ottawa s'est déjà lancée sur quelques pistes de solution. En mars dernier, Tim Tierney a présenté une liste de recommandations à la police d'Ottawa, elle proposait notamment d'accroître la présence policière dans le secteur. 

L'embauche de 25 policiers à cet effet a été ajoutée au budget de la Ville. Mais la clé se trouve dans la prévention, ajoute le conseiller. «On veut s'assurer que la communauté soit bien informée, que les gens se parlent entre eux et qu'ils parlent à la police, pour que lorsqu'il se passe quelque chose de suspect, ce soit signalé immédiatement.»

Il y a un an, Connor Stevenson, 18 ans, a été poignardé à mort. Issaiah Clachar, 17 ans, a subi le même sort en septembre. Nooredin Hassan est le troisième sur la liste.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer