Les services en français progressent, affirme le maire Watson

La Ville d'Ottawa a fait des progrès au... (Simon Séguin-Bertrand, LeDroit)

Agrandir

La Ville d'Ottawa a fait des progrès au chapitre des services en français, a déclaré le maire Jim Watson, jeudi.

Simon Séguin-Bertrand, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La Ville d'Ottawa a fait des progrès au chapitre des services en français, a déclaré Jim Watson, jeudi, à l'occasion du Rendez-vous francophone annuel du maire à l'hôtel de ville.

Il en a profité pour mettre en valeur le projet d'investissement de la Nouvelle Scène et celui de la Maison de la francophonie d'Ottawa, un projet qui profitera à une communauté en pleine croissance dans l'ouest de la ville.

En outre, selon M. Watson, les programmes récréatifs offerts dans leur langue aux 40 000 francophones d'Ottawa ont fait un bond de 12% depuis 2010. Or, il a passé sous silence les appels répétés en faveur de la reconnaissance du caractère bilingue de la ville. 

De son côté, la ministre déléguée aux Affaires francophones, Madeleine Meilleur, a souligné les faits d'armes de son gouvernement. Les activités commémorant les 400 ans de présence francophone en Ontario ont été un franc succès, a-t-elle dit.

Mme Meilleur a rappelé les excuses officielles de la part de la première ministre Kathleen Wynne à l'égard du Règlement 17, qui interdisait l'enseignement en français dans les écoles de la province. Il s'agit «d'un symbole puissant tourné vers l'avenir», a-t-elle noté. La ministre a signifié que le gouvernement ontarien avait érigé un monument en l'honneur des francophones sur les terrains de l'Assemblée législative à Toronto, un investissement de 900 000$.

«Ce legs est le premier monument du gouvernement provincial à reconnaître et saluer le rôle qu'a joué la communauté francophone à l'édification de la société moderne et ouverte qu'est l'Ontario d'aujourd'hui,» a-t-elle déclaré sous les applaudissements.

Des réfugiés syriens présents

Dans la salle, cinq familles syriennes, de récents réfugiés, étaient présentes. Applaudie à tout rompre, la jeune Rita Hariz, 14 ans, a livré un vibrant témoignage en français sur sa nouvelle terre d'accueil.

«Ça fait à peine un mois que nous sommes arrivés au Canada. C'est le 20 février que nous avons découvert ce beau pays qui était tout blanc de neige. Nous avons été enveloppés d'un accueil chaleureux dès les premiers moments.»

Avec ses deux frères et ses parents, elle s'est établie dans le secteur Vanier, où elle fréquente le collège catholique Samuel-Genest. «Je découvre aussi la culture canadienne-française, l'histoire des Franco-Ontariens et celle de mon nouveau quartier, Vanier. J'ai bien hâte d'aller au Festival des sucres avec ma famille, la semaine prochaine, afin de découvrir ce qui anime les gens de mon quartier, mais surtout de me sucrer le bec», a-t-elle lancé, provoquant des petits rires dans la salle.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer