Ottawa veut ouvrir ses portes toute l'année 2017

Le conseil municipal a offert aux commerçants du... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

Le conseil municipal a offert aux commerçants du Glebe la possibilité d'ouvrir leurs portes lors de jours fériés.

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La Ville d'Ottawa caresse de grandes ambitions pour le 150e anniversaire de la Confédération. Et elle semble prête à tout pour plaire aux millions de visiteurs attendus dans la capitale fédérale, dont permettre à l'ensemble des commerces qui le souhaitent d'ouvrir leurs portes lors de jours fériés.

Le conseil municipal a offert ce passe-droit aux commerçants du quartier du Glebe mercredi. Selon la loi ontarienne, une telle exemption peut être accordée lorsqu'un secteur est considéré comme étant une destination touristique.

Actuellement, cinq endroits sont exemptés: le marché By, la rue Sparks, le centre Rideau, la ZAC du centre-ville et l'épicerie Loblaws de la rue Rideau.

Le conseil municipal songe maintenant à étendre cette exemption à l'ensemble de la ville en 2017, à l'occasion du 150e, dans le cadre d'un «projet-pilote». On se donne jusqu'en juin pour sonder l'intérêt des commerçants.

«La Ville investit des millions pour attirer des touristes. Nous voulons consulter les zones d'amélioration commerciales, les chambres de commerce et les autres commerçants qui ne font pas partie d'associations pour connaître leur intérêt à participer à ce projet», soutient le conseiller Allan Hubley.

Sept conseillers se sont opposés à l'exemption accordée au Glebe. Le sujet avait d'ailleurs fait débat en comité la semaine dernière. D'un côté, on défendait les droits des commerçants et de l'autre, le respect des jours fériés et de la vie de famille.

Selon M. Hubley, la Ville est libre de mettre en application l'exemption sur l'ensemble de son territoire si elle le désire. Si cela s'avère plus compliqué que prévu, le conseil municipal aura six mois pour négocier avec le gouvernement provincial.

«C'est aussi pour cette raison que j'ai demandé qu'on fasse rapport au conseil en juin, explique M. Hubley. Mais à mon avis, nous pouvons aller de l'avant sans l'autorisation de Queen's Park.»

L'exemption à la loi permet aux commerces de rester ouvert à l'année, sauf à Noël, Pâques, et le Vendredi saint.

Le maire Jim Watson a déjà indiqué que les entreprises sont les mieux placées pour décider d'ouvrir leurs portes ou non.

Furieux, le président du Conseil du travail d'Ottawa, Sean McKenney, compte interjeter appel auprès de la Commission des affaires municipales de l'Ontario (CAMO).

Il prétend que le Glebe n'est pas une zone touristique. Il croit aussi que le conseil municipal ne peut se soustraire à la loi provinciale aussi facilement.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer