Indemnités de départ: deux villes, deux façons de faire

L'ex-conseiller Stéphane Lauzon a empoché un chèque de plus... (Benoit Sabourin, Archives LeDroit)

Agrandir

L'ex-conseiller Stéphane Lauzon a empoché un chèque de plus de 56 000$ de la Ville de Gatineau lors de son départ pour la colline du Parlement

Benoit Sabourin, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'ex-conseiller gatinois Stéphane Lauzon n'aurait pas touché une généreuse allocation de transition s'il avait siégé de l'autre côté de la rivière, à l'hôtel de ville d'Ottawa.

Aujourd'hui député fédéral, M. Lauzon a empoché un chèque de plus de 56 000$ de la Ville de Gatineau lors de son départ pour la colline du Parlement.

Ce montant lui a été accordé en vertu d'un règlement municipal controversé que le maire Maxime Pedneaud-Jobin promet maintenant de modifier, à la suite des révélations du Droit. Une indemnité de départ de 13 000$ s'ajoute à l'allocation de transition qu'a reçue le nouveau député fédéral d'Argenteuil-La Petite-Nation. M. Lauzon a par ailleurs quadruplé son salaire depuis les élections d'octobre dernier. Cette allocation vise à aider les conseillers qui quittent la vie politique municipale à se retrouver du travail.

Le maire Pedneaud-Jobin n'a pas à aller bien loin s'il cherche à nourrir sa réflexion. L'élu n'a qu'à regarder du côté de la Ville d'Ottawa, bien moins généreuse et flexible que la Ville de Gatineau en matière d'allocations de transition.

D'abord, les élus démissionnaires n'y ont pas droit, ni ceux qui retournent directement chez un ancien employeur.

L'allocation échappe aussi aux conseillers qui se font élire à un autre niveau de gouvernement ou au sein d'une autre municipalité.

La politique de la Ville d'Ottawa est plus restrictive, mais aussi moins généreuse. Ceux qui y ont droit reçoivent un chèque équivalent à un mois de salaire pour chaque année consécutive de service, jusqu'à concurrence de six mois.

À Gatineau, le versement peut atteindre jusqu'à un an de salaire. Les candidats doivent répondre à un seul critère: «occuper le poste de membre du conseil municipal pendant au moins 24 mois».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer