Le maire Watson mise sur l'économie avant la francophonie

Le maire d'Ottawa, Jim Watson... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Le maire d'Ottawa, Jim Watson

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le maire d'Ottawa Jim Watson a mis l'accent sur l'économie lors de son discours annuel sur l'état de la ville, prononcé mercredi matin à la réunion du conseil municipal. La Francophonie, elle, a été complètement absente, ce qui augure bien mal pour ceux qui souhaitent faire d'Ottawa une ville officiellement bilingue avant le 150e anniversaire de la Confédération en 2017.

Une mission économique en Inde, un sommet sur le tourisme et un autre sur l'éducation: l'année 2016 en sera une de collaboration, a souligné le maire Watson.

Ce dernier pilotera une première tournée économique en Inde en avril. Il suivra donc les traces de la première ministre de l'Ontario, Kathleen Wynne, qui s'est envolée pour ce pays mercredi. «Avec sa population de plus de 1,2 milliard de personnes et son importante classe moyenne, l'Inde est un marché sur lequel notre ville doit être présente. Le milieu des affaires d'Ottawa m'a fait clairement comprendre qu'il y a un fort un potentiel de croissance en Inde», a-t-il dit.

Le maire Watson espère avoir autant de succès en Inde qu'il en a eu en Chine dans les dernières années.

M. Watson a mandaté le conseiller Jean Cloutier pour présider le Sommet sur le tourisme. Cette rencontre vise à «éviter le lendemain de veille de 2018» après une année de célébrations en 2017.

M. Cloutier aura la responsabilité de réunir divers acteurs comme Tourisme Ottawa, les propriétaires d'équipes sportives professionnelles et les organisateurs de festivals.

«Ensemble, trouvons des stratégies gagnantes pour poursuivre sur notre lancée», souhaite le maire.

Le Sommet sur l'éducation et l'économie aura lieu à l'automne et visera à tirer profit du nouveau Centre d'innovation, qui ouvrira ses portes cette année.

Le complexe du chemin Bayview est considéré comme le futur système nerveux central du développement économique dans la capitale nationale. «Il faut s'asseoir avec les leaders du domaine de l'éducation pour parler de l'avenir de l'économie», soutient M. Watson, qui souligne au passage que ces deux sommets sont des engagements électoraux.

Au chapitre du sport, le Ville d'Ottawa entreprendra des études dès cette année en vue d'une éventuelle candidature pour accueillir les Jeux du Canada de 2021. Il s'agit, selon le maire, d'une occasion en or de moderniser les installations sportives vieillissantes.

La capitale doit aussi poursuivre ses efforts pour installer convenablement les milliers de réfugiés syriens. Le maire a donné la responsabilité de coordonner le tout au conseiller Michael Qaqish.

M. Watson a profité de son allocution pour annoncer que le viaduc du chemin Coventry surplombant la 417 sera renommé en l'honneur de Max Keeping, décédé en octobre dernier.

Réaction de l'AFO

La directrice générale de l'ACFO d'Ottawa, Isabelle Miron, n'est pas surprise que Jim Watson ait évité de parler de francophonie dans son discours.

«M. Watson n'a jamais caché qu'il n'avait pas l'intention de faire d'Ottawa une ville officiellement bilingue. Il répète constamment que la ville est en théorie déjà bilingue et que tout fonctionne pour le mieux», affirme-t-elle.

Cette dernière admet que le temps commence à presser pour arriver à cet objectif avant 2017. Elle compte sur des élus fédéraux, le premier ministre Justin Trudeau en tête, pour convaincre le maire de changer d'avis. Elle estime que la ministre du Patrimoine canadien, Mélanie Joly, a aussi un rôle à jouer.

Un autre appui au projet de capitale bilingue

C'est au tour du Conseil des écoles publiques de l'Est de l'Ontario (CEPEO) d'appuyer «sans réserve» le Mouvement pour une capitale du Canada officiellement bilingue (MOCOB).

Le CEPEO unit donc sa voix à de nombreux autres organismes des paliers fédéral, provincial et municipal, pour réclamer la désignation bilingue de la Ville d'Ottawa.

«Le CEPEO est d'avis que la démarche législative déposée par le MOCOB assurera la pérennité des services en français présentement offerts par la Ville d'Ottawa, et confirmera du même coup le bilinguisme et l'égalité de statut du français et de l'anglais dans la capitale nationale», écrit le conseil dans un communiqué transmis aux médias.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer