La police d'Ottawa souhaite réduire la violence liée aux gangs de rue

Par ailleurs, la Commission des services policiers d'Ottawa... (Martin Roy, Archives LeDroit)

Agrandir

Par ailleurs, la Commission des services policiers d'Ottawa a alloué une prolongation de mandat au chef Bordeleau, lundi soir. Ce dernier demeurera en poste jusqu'en mai 2019.

Martin Roy, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La Commission des services policiers d'Ottawa a approuvé lundi soir le nouveau Plan directeur 2016-2018 du Service de police d'Ottawa (SPO), un plan qui comprend entre autres de nouvelles mesures pour éliminer, ou à tout le moins réduire, la violence liée aux activités des gangs de rue.

Le plan «Innovation et investissement dans la sécurité communautaire» a été élaboré dans ce qui est décrit comme un contexte difficile pour le travail policier à Ottawa. Selon le SPO, un ensemble de facteurs comprenant des changements démographiques, les contraintes budgétaires et les attentes du public complexifient son travail au quotidien.

Les tendances en matière d'activité criminelle sont également citées comme facteurs. Pour y répondre, le chef du SPO, Charles Bordeleau, identifie l'Unité des armes à feu et des bandes de rue parmi ses priorités opérationnelles pour les trois prochaines années.

Le chef Bordeleau compte également sur une approche basée sur le court et le long terme pour enrayer le phénomène des gangs de rue.

«On continue de travailler auprès de Prévention du crime Ottawa pour les stratégies qui ont été appliquées ici à Ottawa au niveau de l'intervention, la prévention et les choses qu'on peut faire à long terme pour prévenir que les jeunes s'impliquent dans les bandes de rue», explique Charles Bordeleau.

«Ce qu'on fait à court terme, c'est l'application de la loi. L'an passé, on a saisi environ 75 armes à feu. On a accusé plus de 150 individus par rapport à des crimes liés aux bandes de rue. On a déposé environ 1 200 chefs d'accusation en ce qui a trait aux bandes de rue», ajoute le chef du SPO.

M. Bordeleau a également précisé que le SPO compte assurer une plus grande présence policière dans les secteurs où on retrouve une plus importante activité des gangs de rue.

Parmi les autres priorités opérationnelles du chef du SPO, on retrouve l'Unité de la violence faite aux femmes et l'Unité de la circulation et de la sécurité routière.

Dans son plan directeur, le Service de police d'Ottawa prévoit également déployer des efforts pour augmenter l'engagement du public dans la lutte au crime. D'un côté pour améliorer la prévention des crimes et répondre aux inquiétudes des citoyens, d'un autre pour augmenter la confiance des résidents à l'endroit du SPO et de ses agents.

Par ailleurs, la Commission des services policiers d'Ottawa a alloué une prolongation de mandat au chef Bordeleau, lundi soir. Ce dernier demeurera en poste jusqu'en mai 2019.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer