Le Red Bull Crashed Ice à Ottawa en 2017

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La capitale fédérale sera l'hôte du Red Bull Crashed Ice en 2017, année des célébrations du 150e anniversaire de la Confédération. En plus de rajeunir l'image de marque de la capitale, on espère que l'événement sera une vitrine pour attirer des touristes internationaux.

«Les retombées médiatiques sont énormes», estime le directeur général du Bureau Ottawa 2017, Guy Laflamme.

«Jeune», «dynamique», «énergisant»: c'est en ces mots que ce dernier décrit l'engouement qu'il souhaite créer autour de cette compétition de sport extrême.

Les patineurs s'élanceront du haut des écluses, près du Château Laurier. La piste mesurera au moins 400 mètres de long.

«C'est probablement le site le plus spectaculaire de l'histoire du Red Bull Crashed Ice. Imaginez l'arrière-plan: Château Laurier, colline du Parlement, le Musée des beaux-arts, le Musée de l'histoire, la rivière des Outaouais. Ça va être grandiose comme carte postale pour inviter les gens pour le reste de l'année», s'enthousiasme M. Laflamme.

Les retombées économiques sont évaluées à quelque 10 millions $. Des fonds publics et privés s'acquitteront de la facture 1,5 million de dollars.

La compétition se tiendra au mois de mars et couronnera le vainqueur du Championnat du monde de Ice Cross Downhill. Ce sport est un mélange de patinage et de ski cross. Les kamikazes de la glace s'élancent à des vitesses atteignant parfois plus de 70 km/h dans un parcours proposant des virages serrés et d'impressionnantes chutes. Il s'agit du sport sur patin le plus rapide.

Une visibilité hors pair

Le happening hivernal arrivera à point nommé, car il correspond à une période creuse pour l'industrie du tourisme, tient à souligner le maire Jim Watson.

«Cela nous donnera une visibilité sur la scène mondiale que nous ne pouvons pas nous payer en publicité, ajoute-t-il. Le centre-ville n'aura jamais été aussi bondé.»

Parcs Canada, qui gère les écluses, travaillera de concert avec les organisateurs afin de s'assurer du respect du caractère patrimonial du site classé par l'UNESCO.

«Les événements comme le Red Bull Crashed Ice à Ottawa font la promotion de notre riche patrimoine naturel et bâti», estime la ministre de l'Environnement, Catherine McKenna.

La course d'Ottawa sera le seul arrêt du Crashed Ice en sol canadien. C'est donc dire que la capitale fédérale a réussi à l'arracher à l'autre capitale, celle du Québec, où on avait l'habitude de dévaler la piste depuis 10 ans.

M. Laflamme assure qu'Ottawa n'a pas dépensé plus que la Vieille Capitale - ou Edmonton avant elle - pour attirer la course. «Il n'y a pas eu de surenchère», affirme-t-il. Ça fait huit ans qu'on fait du lobbying auprès de Red Bull pour les convaincre.»

On espère bientôt annoncer la venue d'autres événements sportifs majeurs dans la capitale à l'occasion du 150e de la Confédération. On souhaite notamment attirer le match de la Coupe Grey et la Classique hivernale de la LNH.

«Ce n'est que le début, promet M. Laflamme. Attachez votre tuque avec de la broche.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer