Le marché By en quête d'un nouveau visage

  • La pièce maîtresse du projet de modernisation du marché By est la construction d'un édifice qui pourrait éventuellement accueillir des marchands de fruits et légumes à longueur d'année. ()

    Plein écran

    La pièce maîtresse du projet de modernisation du marché By est la construction d'un édifice qui pourrait éventuellement accueillir des marchands de fruits et légumes à longueur d'année.

  • 1 / 5
  • En 2017, les élus municipaux souhaitent élargir les travaux à la rue York que l'on voudrait embellir en réduisant les espaces de stationnement. ()

    Plein écran

    En 2017, les élus municipaux souhaitent élargir les travaux à la rue York que l'on voudrait embellir en réduisant les espaces de stationnement.

  • 2 / 5
  • Dans un premier temps, il s'agira en 2016 de créer un lieu de rassemblement devant le bâtiment du marché By, rue George. ()

    Plein écran

    Dans un premier temps, il s'agira en 2016 de créer un lieu de rassemblement devant le bâtiment du marché By, rue George.

  • 3 / 5
  • Dans un premier temps, il s'agira en 2016 de créer un lieu de rassemblement devant le bâtiment du marché By, rue George. ()

    Plein écran

    Dans un premier temps, il s'agira en 2016 de créer un lieu de rassemblement devant le bâtiment du marché By, rue George.

  • 4 / 5
  •  ()

    Plein écran

  • 5 / 5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La Ville d'Ottawa envisage divers scénarios pour rajeunir le marché By à l'aube des célébrations du 150e anniversaire de la Confédération en 2017. Ce que l'on cherche, c'est un marché plus vibrant, sachant que ces festivités risquent d'attirer quatre millions de visiteurs à Ottawa.

Après tout, le marché By baptisé ainsi en l'honneur du colonel By, qui l'inaugurait en 1826, est le deuxième site touristique en importance à Ottawa après la colline du Parlement.

Le marché Jean-Talon, à Montréal, qui est ouvert 12 mois par année, pourrait servir de modèle, a expliqué le conseiller de Rideau-Vanier, Mathieu Fleury qui a été enchanté par l'endroit. Là, on y trouve des produits de toutes sortes, des boutiques spécialisées et des petits comptoirs extérieurs où les gens peuvent prendre une bouchée tout en continuant leurs emplettes. On peut facilement y passer une demi-journée.

Selon Mathieu Fleury, la modernisation des espaces publics du marché By est une priorité pour le conseil municipal en 2016. On aimerait bien créer une place publique autour du bâtiment central du marché, un bâtiment historique qui appartient à la ville, faire revenir les producteurs de fruits et légumes dans le marché, et ouvrir l'espace aux piétons.

Dans un premier temps, il s'agira en 2016 de créer un lieu de rassemblement devant le bâtiment du marché, rue George. Une place qui, souhaite-t-on, serait non seulement très visible, mais aussi une destination évidente en quittant la station Rideau du train léger. Une somme d'un million de dollars a déjà été approuvée à cet effet. Il en coûterait six millions de plus pour élargir cette zone, mais rien n'est encore fixé, a précisé M. Fleury.

En 2017, les élus municipaux souhaitent élargir les travaux à la rue York que l'on voudrait embellir en réduisant les espaces de stationnement. Or, rien n'est garanti, car les discussions sont toujours en cours avec le fédéral et la province de l'Ontario.

La pièce maîtresse du projet de modernisation du marché By, c'est la construction d'un nouvel édifice en face du Moulin de Provence, sur la rue Clarence, qui pourrait éventuellement accueillir des marchands de fruits et légumes à longueur d'année. Or, il s'agit d'un «objectif à très long terme», a précisé Mathieu Fleury. Pour l'heure, cela est un rêve plus qu'une réalité, «car il n'y a pas de fonds», reprend-il.

«On attend de voir les besoins après l'ouverture de la station Rideau du train léger en 2018.»

Attirer les producteurs

Selon M. Fleury, le marché By a de la difficulté à attirer les producteurs qui doivent composer avec un processus lourd et encombrant. Pour avoir droit à un étalage, ils doivent s'adresser «aux gestionnaires du marché», signale M. Fleury, c'est-à-dire, une entité administrative dont le rôle est de faire appliquer les règlements municipaux.

Puisque leur mandat «est très limité», et en raison «de la lourdeur» du processus, «ils ne peuvent innover», ajoute-t-il.

Pour créer un marché du soir dans le marché By, il lui aura fallu deux mois de discussions pour obtenir les autorisations nécessaires auprès du conseil municipal, fait valoir M. Fleury, alors qu'il n'y a pas une minute à perdre sachant que la saison des étalages à l'extérieur est courte.

La directrice générale de la Zone d'améliorations commerciales d'Ottawa, Jasna Jennings rappelle, pour sa part, qu'il y a peu de grands producteurs de fruits et légumes dans la région d'Ottawa qui peuvent s'engager à vendre leurs produits sept jours sur sept au marché By.

«Il faut vendre beaucoup de cornichons et de tartes pour pouvoir payer les frais de location», dit-elle.

Selon elle, il est peut-être illusoire de penser que l'on puisse attirer une armée de producteurs pour exposer leurs produits dans un deuxième bâtiment du marché. Pour simplifier le processus, elle croit que les producteurs devraient relever du Comité de développement économique de la ville. Pour attirer les producteurs au marché By, il faut vendre l'ambiance du marché, dit-elle, ce qu'on ne retrouve pas dans les autres marchés de la ville.

Des consultations en mars

Pour Mathieu Fleury, il serait beaucoup plus efficace de changer la structure de gouvernance et de céder la gestion du marché By à une société à but non lucratif, comme c'est le cas au marché Jean-Talon.

Selon lui, c'est un modèle de gestion plus flexible qui permet de prendre des décisions plus rapidement. La forme finale que prendra le nouveau visage du marché By reste toutefois à définir. Des consultations publiques auront lieu au mois de mars.

Un souhait: plus de places publiques

De vastes stationnements à étages marquent le paysage... (Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit) - image 3.0

Agrandir

De vastes stationnements à étages marquent le paysage du marché By.

Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit

Le marché By est en déclin, souligne la présidente de l'Association communautaire de la Basse-Ville, Elizabeth Bernstein, car la ville a manqué de vision et a été trop encline à autoriser des bars et des restos au lieu de privilégier des espaces publics.

«La première chose que l'on voit en descendant du Parlement en prenant les escaliers de la rue York, c'est un parking. C'est affreux».

Selon elle, le conseil municipal de la Ville d'Ottawa a fait un bon travail dans ce dossier en analysant le contexte et en consultant les groupes intéressés, dit-elle. Mais puisque les célébrations du 150e en 2017 approchent à grands pas, il est important de donner une cure de jeunesse au marché By.

«En Europe, le marché, c'est une place, dit-elle, pas seulement un endroit où on passe au resto et on quitte.»

Selon elle, l'idée d'un marché à longueur d'année est prometteuse, car il y a une clientèle qui grossit étant donné que plusieurs édifices en copropriété sont en construction.

Un deuxième édifice pour les maraîchers?

La Ville d'Ottawa envisage divers scénarios... (Martin Roy, Archives LeDroit) - image 5.0

Agrandir

Martin Roy, Archives LeDroit

Un deuxième édifice principal pourrait éventuellement accueillir des marchands de fruits et légumes à longueur d'année sur le site d'un terrain de stationnement qui serait démoli.

Il s'agirait d'ouvrir l'espace en construisant un terrain de stationnement souterrain. Il se peut qu'il y ait un deuxième étage comprenant une terrasse où des événements pourraient être organisés.

Mais rien n'est coulé dans le béton. Il faudra d'abord trouver les fonds, a rappelé le conseiller Fleury.

Partager

À lire aussi

  • Patrick Duquette | <em>L'esprit des lieux</em>

    Patrick Duquette

    L'esprit des lieux

    CHRONIQUE / Quelle ville ne voudrait pas d'un marché By? Même le président américain Barack Obama s'y est arrêté faire quelques... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer