Des dizaines de familles syriennes arrivent à Ottawa

Près de 80 réfugiés syriens ont été accueillis... (Martin Roy, LeDroit)

Agrandir

Près de 80 réfugiés syriens ont été accueillis à la mosquée Jami Omar d'Ottawa.

Martin Roy, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La mosquée Jami Omar d'Ottawa souhaitait la bienvenue ce week-end à plus de 80 réfugiés syriens fraîchement débarqués au pays au cours des dernières semaines. Du lot, grâce aux services d'un interprète, LeDroit a pu discuter avec la famille AlMqdad, qui malgré qu'elle doive tout recommencer à zéro à 9000 kilomètres de son patelin, considère cette nouvelle vie comme un véritable cadeau du ciel.

Le temps d'une journée, samedi, ces nouveaux arrivants ont pu se choisir de nouveaux vêtements, y compris des bottes d'hiver et des manteaux, qui ont été donnés par la communauté. Ils ont également pu profiter d'un repas lors d'une grande réception pour souligner en grand leur arrivée en sol canadien. Des dizaines d'enfants s'amusaient en toute innocence dans la grande salle, esquissant de larges sourires à la vue des caméras.

Suliman AlMqdad est arrivé dans la capitale nationale à bord d'un avion nolisé par le gouvernement canadien le 14 décembre dernier en compagnie de sa femme Retaj et de ses trois enfants, Muhammad, Fatima et Amena. Ils ont mis un total de 30 heures de vol pour mettre le cap sur Ottawa, passant par la Jordanie, l'Allemagne puis Toronto. Tous les cinq faisaient donc partie des quelque 6000 réfugiés syriens accueillis par le pays en date du jour de l'An.

«Nous sommes très fiers d'être ici. On s'est tout de suite senti les bienvenus, comme si c'était un deuxième chez-soi pour nous. Le peuple canadien est vraiment très hospitalier, de dire le père de famille de 44 ans, ajoutant que la neige ne le dérange pas outre mesure. C'est beau, ça ne nous déprime pas encore», a-t-il dit en rigolant.

La promesse du gouvernement Trudeau d'accueillir 25 000 réfugiés de ce pays du Moyen-Orient déchiré par la guerre d'ici la fin février réjouit l'homme d'origine syrienne, qui est pour l'instant hébergé au Centre catholique pour immigrants d'Ottawa.

«C'est une décision incroyable qui touchera bien au-delà de 25 000 personnes, car derrière chaque personne il y a toute une famille», lance celui qui aimerait trouver un emploi à titre d'électricien.

La mosquée Jami Omar d'Ottawa souhaitait la bienvenue ce... (Martin Roy, LeDroit) - image 2.0

Agrandir

Martin Roy, LeDroit

L'un de ses amis lui aussi nouvellement arrivé au pays, Salah Al-Zaid, s'est quant à lui dénicher un boulot dans un restaurant de la chaîne A&W. Pour l'instant, ça le rend heureux, puisqu'en Syrie, il travaillait 14 heures par jour, empochant un salaire quotidien d'à peine 8 $. Dans le futur, il aimerait grâce à sa plume raconter l'histoire des réfugiés dans un livre.

Ayant lui-même fui l'Algérie au milieu des années quatre-vingt-dix, l'Ottavien Mokhtar Rovabhi observait la scène à la mosquée Jami Omar avec beaucoup de compassion. Il dit comprendre parfaitement à quel point ces réfugiés doivent se sentir soulagés même si ce départ déboussoler et causer un pincement au coeur.

«Ça fait mal de voir qu'un être humain, et ce peu importe sa culture, sa religion ou sa couleur, doive quitter son pays natal. Car même en allant au paradis, c'est difficile. Mais toujours est-il qu'il faut voir le bon côté des choses. Incontestablement, le Canada est le meilleur pays du monde. Quelqu'un qui ose prétendre le contraire, moi je le défie. [...] Le niveau d'éducation, de compréhension et surtout de tolérance est complètement différent ici, on accepte l'autre», affirme-t-il.

La mosquée Jami Omar prévoit organiser d'autres événements de ce type pour l'accueil des réfugiés syriens au cours des semaines à venir.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer