Watson garde le cap du 2%

Selon le maire Jim Watson, il serait irresponsable... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

Selon le maire Jim Watson, il serait irresponsable de geler les tarifs d'autobus en 2016 car cela ferait augmenter les coûts liés au projet de train léger.

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

À moins d'un changement de dernière heure, les résidents de la Ville d'Ottawa devront se faire à l'idée de voir leurs taxes foncières augmenter de 2% pour l'année 2016.

Selon toute vraisemblance, le maire Jim Watson ne dérogera pas à cette consigne lors de la réunion du conseil municipal qui fera le point demain sur le budget de 2016. Il n'a cessé de répéter que la municipalité devait se serrer la ceinture et que les priorités tourneraient autour du projet de transport en commun, le logement abordable et des mesures pour renforcer l'économie locale. Le taux d'imposition sera donc plafonné à 2%, a-t-il martelé au cours des dernières semaines.

Hausse des tarifs

Les intentions du maire risquent de rallier l'appui d'une majorité de conseillers mais il y a dissidence, notamment, au sujet des tarifs d'autobus d'OC Transpo.

Déposé en novembre, le budget municipal provisoire prévoit une hausse des tarifs d'autobus de l'ordre de 2,5% et une augmentation des frais pour les services d'aqueduc et d'égout de l'ordre de 6%.

Or, pour le conseiller Tobi Nussbaum du quartier Rideau-Rockliffe, la Ville d'Ottawa se tire dans le pied si elle procède avec une augmentation des tarifs d'autobus de 2,5% car elle risque de perdre de fidèles passagers. Il fait campagne depuis une semaine pour convaincre ses collègues de voter en faveur d'un gel des tarifs d'autobus en 2016, gel qu'il justifie en raison des délais d'attente de trois minutes ou plus sur 40% des trajets d'autobus pendant les travaux de construction liés au projet de train léger.

«Je ne sais pas si cela va fonctionner», a-t-il indiqué hier lors d'un entretien téléphonique. À tout le moins, cette proposition suscite «une discussion corsée sur l'avenir du transport en commun», a avancé le conseiller Nussbaum.

Le maire Watson, lui, y accorde peu d'attention.

«L'idée qu'on avance, c'est qu'il y aura des chambardements au cours des deux prochaines années et donc, gelons les tarifs. Mais il y aura des interruptions de service au cours des huit prochaines années en raison de la phase deux (du projet de train léger), a-t-il expliqué aux journalistes. Est-ce qu'on va geler les tarifs pendant huit ans?»

Selon lui, il serait irresponsable de procéder ainsi car cela ferait augmenter les coûts liés au projet de train léger.

La Commission du transport en commun de la Ville d'Ottawa a adopté récemment un nouveau barème de tarifs d'autobus qui fera grimper le coût d'un laissez-passer mensuel régulier de 103,25$ à 105,75$ par mois à compter du 1er juillet 2016. Le conseil municipal se prononcera là-dessus aujourd'hui.

Le budget provisoire prévoit également l'élimination d'une cinquantaine de postes permanents, l'embauche de 25 policiers supplémentaires et un programme pour aider les jeunes à quitter les gangs de rue.

On prévoit consacrer quelque 1,2 million $ aux activités du 150e anniversaire du Canada.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer