Le «wow» y est

Le projet, proposé initialement en 2013 par Mizrahi... (Courtoisie)

Agrandir

Le projet, proposé initialement en 2013 par Mizrahi Developments, avait été refusé par le conseil municipal l'année dernière en vertu des règles d'urbanisme établies.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Faisant bien attention de ne pas parler «d'élément wow», le maire d'Ottawa, Jim Watson, accueille chaleureusement la construction d'un immeuble à condominiums de 12 étages dans la capitale nationale, malgré l'opposition des fonctionnaires du département d'urbanisme de la municipalité.

«Je crois qu'il s'agit d'un édifice impressionnant et d'un bel ajout pour ce coin de rue, où il y a actuellement un garage abandonné, a-t-il commenté mercredi après que les membres du conseil municipal aient adopté le projet. Nous pourrions attendre longtemps avant qu'un bâtiment puisse répondre aux attentes de tout le monde.»

Mardi, le comité d'urbanisme avait tenu des discussions frôlant le ridicule à propos de la construction de l'édifice «distinctif» à l'intersection de la rue Wellington et de la promenade Island Park.

Le projet, proposé initialement en 2013 par Mizrahi Developments, avait été refusé par le conseil municipal l'année dernière en vertu des règles d'urbanisme établies. La hauteur d'un bâtiment est limitée à neuf étages à cet endroit.

Le promoteur a toutefois décidé de porter la décision en appel devant la Commission des affaires municipales de l'Ontario (CAMO). Le tribunal administratif lui a donné raison en mai dernier à condition que les étages supérieurs soient composés d'un élément architectural «distinctif». Dans sa décision, la CAMO a signalé que la structure devait «se démarquer par son design», notamment avec la présence «d'un élément wow».

Mizrahi Developments a donc changé la conception de son projet en ajoutant un toit et une tour en cuivre pour attirer davantage l'oeil des passants. Pour lui donner ce fameux effet «wow», que certains conseillers ont eu du mal à définir mardi.

«La CAMO a établi ses critères pour répondre aux préoccupations. Je pense que le comité d'urbanisme a pris une bonne décision», a signalé le maire Watson.

Ce dernier ne s'inquiète pas outre mesure que la décision du conseil municipal pourrait causer un précédent.

«Chaque cas est unique. Ma priorité est d'éliminer les sites vides de la ville parce qu'ils ne rapportent pas des impôts fonciers à la municipalité.»

Les conseillers David Chernushenko, Jeff Leiper, Catherine McKenney et Tobi Nussbaum se sont opposés au projet.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer