Le problème d'eau refoule chez les proprios

La mise sur pied d'un programme de prévention des refoulements par la ville... (Archives, LeDroit)

Agrandir

Archives, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La mise sur pied d'un programme de prévention des refoulements par la ville d'Ottawa pourrait forcer les propriétaires de milliers d'immeubles industriels, institutionnels et multirésidentiels d'installer des mécanismes de prévention spécifiques pour prévenir la contamination de l'eau potable.

Selon un rapport présenté au comité de l'environnement, qui sera discuté lundi prochain, des dispositifs anti-refoulement devraient être installés aux raccordements de certaines conduites de ces bâtiments. Une jonction fautive pourrait permettre à d'autres substances d'entrer dans le réseau d'eau, «comme des produits chimiques, des produits de l'eau, de la vapeur, de l'eau provenant d'autres sources et toute matière qui pourrait modifier la qualité, la couleur ou le goût de l'eau ou y ajouter une odeur», peut-on lire. Les coûts que devront engager les entreprises et institutions visées dépendront de certains facteurs, comme la taille de la canalisation, le nombre de branchements d'eau et la nécessité de procéder ou non à des travaux sur la structure.

L'estimation des coûts varie entre 500$ et plus de 20000$. À défaut d'effectuer les travaux nécessaires, les propriétaires de tels immeubles pourraient recevoir une facture salée.

Moins nombreux, les bâtiments qui présentent un risque élevé seront examinés en premier. À l'heure actuelle, la plupart des installations de la capitale nationale présentent un risque modéré, notamment les immeubles d'habitation, les arénas, les collèges, les cabinets dentaires, les centres commerciaux, les écoles, les maisons de soins infirmiers, les restaurants et les tours de bureaux.

La ville d'Ottawa envoie quelque 225000 factures de services d'eau par année. Environ 212000 de celles-ci visent des immeubles résidentiels de faible densité, exclus du programme de prévention des refoulements parce qu'ils présentent un risque très faible.

L'installation d'un système anti-refoulement avait été suggérée il y a une dizaine d'années par le vérificateur général de la municipalité. Le ministère de l'Environnement l'Ontario a également recommandé cette mesure plus tôt cette année.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer