Une aide de 700000$ de Queen's Park

L'Ontario versera environ 700000$ à la Ville d'Ottawa, au cours des trois... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'Ontario versera environ 700000$ à la Ville d'Ottawa, au cours des trois prochaines années, afin d'appuyer ses initiatives d'intervention et de prévention des problèmes liés aux bandes criminalisées chez les jeunes.

Le député provincial d'Ottawa-Sud, John Fraser, était accompagné de sa collègue d'Ottawa-Orléans, Marie-France Lalonde, pour annoncer ce financement, hier.

«Des programmes comme celui-ci ont démontré qu'en appuyant nos jeunes plus à risque de se joindre à un gang de rue, en construisant leur estime de soi et en créant des liens solides avec leur communauté, on peut réduire la violence», a souligné M. Fraser.

«On sait qu'il y a des bandes criminalisées ici ainsi qu'une perspective de vulnérabilité chez nos jeunes. À travers les différentes initiatives qui viendront, les enfants et les adolescents seront guidés et intégrés dans les moments où ils risquent d'être exposés à ses bandes. Par exemple, il pourrait y avoir un programme d'aide aux devoirs après les classes», a indiqué Marie-France Lalonde, ajoutant que des initiatives viendront également en aide aux nouveaux arrivants à Ottawa.

La Ville d'Ottawa s'ajoute à trois autres grands centres urbains qui ont été ciblés par le Programme de prévention et d'intervention auprès des bandes criminalisées, soit Toronto, Windsor et Thunder Bay, où les besoins sont les plus élevés. Au total, un montant de 55 millions$ sera octroyé dans ces villes au cours des trois prochaines années.

Cette année, une somme de 233000$ sera versée aux organismes d'intervention de la Ville d'Ottawa pour appuyer des initiatives qui favoriseront la réadaptation des jeunes et leur réintégration dans des cadres communautaires positifs.

«Les jeunes ont besoin d'appartenir et de se sentir à l'aise dans leur famille, à l'école et dans leur communauté. S'ils n'ont pas cette appartenance positive, ils vont la chercher de façon négative. Il faut bâtir des familles fortes, des écoles fortes et des communautés fortes pour garder nos jeunes près de nous», a fait valoir Nancy Worsfold, directrice générale de Prévention du crime Ottawa, un organisme voué à la réduction de la criminalité et à l'amélioration de la sécurité publique dans la capitale.

Mbrunette@ledroit.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer