Le maire Watson au bout du fil

Jim Watson a répondu à une quinzaine de... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Jim Watson a répondu à une quinzaine de questions de citoyens ottaviens.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le financement pour les logements sociaux sera-t-il maintenu, voire haussé ? À quand davantage de rues où cohabitent automobilistes, cyclistes et piétons ? Le domaine artistique aura-t-il droit à sa part du gâteau ? Est-ce que des toilettes publiques seront aménagées dans toutes les stations du réseau du futur train léger ? D'autres mesures seront-elles adoptées pour freiner les conducteurs au pied pesant dans les rues de quartier ?

Voilà quelques-unes des questions des citoyens auxquelles le maire Jim Watson et des fonctionnaires municipaux ont répondu jeudi soir lors d'un « téléforum » pré-budgétaire.

L'exercice, une première dans l'histoire de la Ville d'Ottawa, a duré 60 minutes et se voulait une façon de connaître les préoccupations et suggestions des résidents, et ce, même si le budget 2016 ne sera adopté qu'à la fin de l'hiver prochain. Que ce soit par téléphone ou par le biais des réseaux sociaux tels Facebook ou Twitter (avec le mot-clic #Ottbudget), plus d'une quinzaine de citoyens ont eu un accès direct au premier magistrat de la capitale fédérale, qui était entouré de plusieurs cadres dont le directeur municipal Kent Kirkpatrick et le directeur général d'OC Transpo, John Manconi.

Même si les interlocuteurs étaient prêts à répondre aux interrogations dans les deux langues officielles, une seule personne s'est exprimée en français, questionnant si la Ville prévoit injecter davantage d'argent pour la construction de logements abordables.

« Dans le dernier mandat, notre conseil a ajouté une somme de 14 millions $ et l'actuel conseil a accepté ma proposition d'ajouter deux autres millions $ », a répondu le maire.

Plusieurs questions concernaient les modes de déplacements durables en milieu urbain. Jim Watson a tenu à rassurer les gens en affirmant qu'il s'agit de l'une de ses priorités. À titre d'exemple, il a cité la rue O'Connor, qui, à l'instar de la rue Laurier, aura sa propre piste cyclable séparée, du Parlement jusqu'à l'avenue Fifth. L'avenue Churchill a déjà été revitalisée pour mieux intégrer cyclistes et piétons, tout comme ce sera le cas sur la rue Main, où des travaux se poursuivent jusqu'en 2017.

« On réserve 26 millions $ pour des initiatives liées au vélo, même si je suis bien conscient que ce ne sera jamais assez pour les cyclistes. On fait des progrès », a-t-il lancé.

Toilettes publiques

La question d'avoir des toilettes publiques tout le long de la future Ligne de la Confédération a semblé préoccuper deux citoyennes, mais la Ville a fermé la porte à cette option, précisant que seules les stations aux extrémités est et ouest en seront dotées, soit Blair et Tunney's Pasture. Pour la douzaine d'autres stations, de tels services seront accessibles à proximité, affirme le maire, prétextant que ce serait trop dispendieux.

En mettant un terme à cette consultation publique nouveau genre, deux citoyens en attente n'ont d'ailleurs pu poser leur question parce que l'heure limite avait été dépassée, le maire Watson a rappelé que le processus d'élaboration du prochain budget n'en était qu'à ses débuts et que toutes les suggestions sont les bienvenues dans les mois à venir. Les intéressés peuvent acheminer leurs idées à l'adresse budget2016@ottawa.ca.

« On veut que vous ayez votre mot à dire et compreniez comment votre propre argent est dépensé », a-t-il indiqué.

La conférence téléphonique a été enregistrée et sera diffusée sur www.ottawa.ca.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer