Examen de conscience pour le SPO

Le Service de police d'Ottawa a avoué que... (Étienne Ranger, Archives LeDroit)

Agrandir

Le Service de police d'Ottawa a avoué que beaucoup de confusion a régné pendant de longues heures dans la capitale fédérale le 22 octobre dernier.

Étienne Ranger, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dans un rapport interne déposé hier à la Commission des services policiers, le Service de police d'Ottawa (SPO) aborde ses bons et ses mauvais coups à la suite de l'attentat du 22 octobre dernier. Avouant avoir beaucoup appris de cette tragique journée, c'est surtout au chapitre des communications que le corps policier fait son mea culpa, avouant que beaucoup de confusion a régné pendant de longues heures dans la capitale fédérale.

«Le rapport nous permet de dire que globalement, nos agents (310 ont été appelés en renfort en plus de ceux déjà présents sur le terrain) ont fait un travail remarquable. Ils ont fait ce qu'ils sont entraînés à faire et ont agi de manière très professionnelle. [...] Mais on a appris des leçons de cet événement. Il va toujours y en avoir dans une situation comme celle-là, particulièrement de cette ampleur», affirme l'inspecteur Mark Ford, responsable des opérations d'urgence au SPO.

Lacunes

L'examen de conscience a permis d'identifier des lacunes sur plusieurs aspects, notamment la politique et les procédures liées à l'intervention, l'équipement, la logistique ainsi que la communication avec le personnel et le public. Des recommandations spécifiques ont été faites pour chacun des points étudiés.

Par exemple, pendant de longues heures, le public croyait que les autorités avaient affaire à plus d'un suspect, alors que Michael Zehaf-Bibeau a agi seul. Rappelons que le tireur de 32 ans a tué le caporal Nathan Cirillo devant le Monument commémoratif de guerre avant de se diriger vers le parlement, où il a ouvert le feu dans le hall d'honneur avant d'être abattu de plusieurs balles par le sergent d'armes Kevin Vickers.

Le rapport du SPO indique également que la facture du temps supplémentaire accordé aux policiers le jour de l'attentat s'élève à 269000$. Une somme supplémentaire de 105000$ a été déboursée pour le déploiement policier lors des jours suivants ainsi qu'en marge des cérémonies du jour du Souvenir, le 11 novembre.

Par ailleurs, la Société de logement communautaire d'Ottawa et la Commission de services policiers d'Ottawa ont ratifié hier un protocole d'entente de cinq ans. Celui-ci sera valide pour cinq ans, soit jusqu'en juin 2020. Au total, 32000 personnes logent dans les unités d'habitation de l'organisme.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer