Une année financière «difficile» à l'horizon

John Manconi, directeur général d'OC Transpo.... (Archives LeDroit)

Agrandir

John Manconi, directeur général d'OC Transpo.

Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'utilisation de la carte à puce Presto, bien que souhaitable, amène des «défis financiers» pour OC Transpo, cette année.

«L'année s'annonce difficile», a avoué le directeur général du service, John Manconi, hier, à la réunion de la Commission du transport en commun.

Alors que le dernier hiver - glacial - a contribué à mettre de la pression sur le budget d'OC Transpo (heures supplémentaires, retards et ainsi de suite), la popularité de la carte Presto affecte à son tour les finances de la société de transport, depuis le début de l'année.

«L'un des avantages de la carte est qu'elle est transférable. Par exemple, un parent qui achète son laissez-passer, et qui l'utilise deux fois par jour, peut ensuite le refiler à ses enfants pour un usage le même jour. C'est un des avantages de la carte Presto, mais cela se traduit en une perte de revenus», explique Stephen Blais, président de la Commission du transport en commun.

À cet effet, M. Manconi soutient qu'OC Transpo cherche toujours des moyens pour limiter les dépenses. L'abolition de postes vacants, même chez les cadres, est l'une des mesures favorisées à l'heure actuelle pour combler les retards financiers du premier trimestre.

Fin de la période de grâce

Par ailleurs, la période de grâce pour permettre aux usagers d'OC Transpo de s'habituer à l'utilisation de la carte Presto est terminée. «Nous ne donnons plus d'avertissements», a déclaré M. Manconi

Dans le rapport annuel d'OC Transpo, déposé le mois dernier à la Commission, on apprenait que les inspecteurs d'OC Transpo chargés de vérifier les preuves de paiement dans des véhicules du transporteur public avaient donné plus d'avertissements verbaux que de constats d'infraction aux fautifs, l'année dernière.

Une telle clémence avait été accordée à près de 4800 usagers, soit plus de la moitié des 8900 personnes prises en flagrant délit par les 12 inspecteurs d'OC Transpo. Un peu moins de 900 personnes ont aussi reçu des avertissements écrits. Ces absolutions visaient à permettre aux clients de s'adapter à l'utilisation de la carte à puce Presto.

«Nous avons décidé de mettre fin aux avertissements afin d'émettre des contraventions à ceux qui essaient de frauder le système. Nous avons aussi augmenté les amendes (de 125$ à 150$). La mise en oeuvre des règles a bel et bien commencé», a averti M. Blais.

OC Transpo ne peut pas compter sur les recettes générées par l'octroi de contraventions pour combler le trou à son budget. Ces revenus sont acheminés dans les coffres de la Ville d'Ottawa.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer