Ligne de fraude à Ottawa: 16 employés congédiés depuis deux ans

Le vérificateur général de la municipalité, Ken Hughes,... (PATRICK WOODBURY, LeDroit)

Agrandir

Le vérificateur général de la municipalité, Ken Hughes, a déposé lundi son tout premier rapport portant sur la ligne directe de fraude et d'abus, créée il y a 10 ans.

PATRICK WOODBURY, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Seize employés de la Ville d'Ottawa ont été congédiés depuis 2013 à la suite de signalements d'actes inappropriés par des dénonciateurs.

Le vérificateur général de la municipalité, Ken Hughes, a déposé lundi son tout premier rapport portant sur la ligne directe de fraude et d'abus, créée il y a 10 ans.

Au total, 336 cas présumés de fraude ou d'abus ont été signalés par l'intermédiaire de l'outil de dénonciation pour les années 2013-2014.

«Le contenu n'est pas encourageant, mais la pratique l'est», a déclaré M. Hughes en parlant du processus permettant d'épingler les fautifs.

«Il y a 17 000 employés à la Ville d'Ottawa. C'est comme une petite ville. C'est impossible d'éradiquer toute fraude», a-t-il rappelé.

Les plaintes pour l'utilisation non autorisée ou abusive des biens et de renseignements municipaux, ou de temps de travail, constituent le type de plaintes le plus fréquent. Au cours des deux dernières années, 90 cas ont été signalés.

Les vols, la conduite contraire à l'éthique et les conflits d'intérêts sont les autres secteurs ayant attiré l'oeil des enquêteurs.

Le rapport de M. Hugues fait état de plusieurs exemples de comportements répréhensibles. Toutefois, le vérificateur général s'est assuré de limiter les détails de chaque cas.  «Il est important de respecter l'anonymat des dénonciateurs», a-t-il rappelé.

En plus des congédiements, plusieurs employés ont été suspendus ou ont reçu une lettre de réprimande en raison de leurs comportements répréhensibles.

«La fraude et les abus ne sont pas chose commune à la Ville d'Ottawa, soutient Kent Kirkpatrick, directeur général. Nous prenons ces cas très au sérieux. Nous allons continuer à travailler pour bien sensibiliser nos employés.»

Les employés du Service policier d'Ottawa, de la Bibliothèque publique d'Ottawa, de la Société de logement communautaire d'Ottawa ainsi que les élus et les membres de leur personnel ne sont pas assujettis à la loupe du vérificateur général en ce qui a trait à la ligne de fraude et d'abus.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer