Les employés d'OC Transpo rejettent l'offre patronale

À la surprise générale, les membres du plus grand syndicat représentant les... (Archives, LeDroit)

Agrandir

Archives, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

À la surprise générale, les membres du plus grand syndicat représentant les employés d'OC Transpo ont rejeté une offre de prolongement de quatre ans à leur convention collective, tard jeudi soir.

«C'est avec grand regret que j'annonce que l'entente de principe conclut (la semaine dernière) entre la section locale 279 du Syndicat uni du transport et la Ville d'Ottawa a été refusée par les membres dans une proportion de 62%», a informé le président des syndiqués, Craig Watson.

Ce dernier a dévoilé les résultats peu après 23h. Au bout du compte, 1776 des 2336 électeurs éligibles se sont exprimés.

Une guerre intestine au sein du comité exécutif du syndicat serait au coeur du revirement de situation.

«Le pacte était plus que raisonnable de la part de la Ville et il semble qu'une guéguerre interne et une  possible présentation erronée de l'entente de principe (aux membres) ont affecté le vote. Je suis certain que bon nombre de ceux qui s'y sont opposés regrettons leur décision après mûre réflexion», a expliqué amèrement M. Watson. 

La municipalité aurait offert des offres salariales de l'ordre de 2% pour les trois premières années du prolongement de contrat et de 2,25% pour la dernière. 

Le week-end dernier, la moitié des membres du comité exécutif de 14 personnes avait publié une lettre ouverte pour exprimer leur «déception quant à la décision de négocier secrètement et prématurément notre prochain contrat».

«Ça n'a aucun sens à de nombreux égards, ce qui nous amène à croire que c'est la raison pour laquelle nous avons été informés de cela au tout dernier moment. [...] Les membres et une majorité du comité exécutif n'étaient pas au courant», peut-on lire. 

Puisqu'ils ont été tenus à l'écart des négociations de façon intentionnelle, il a été impossible pour eux de faire part de leurs doléances, prétendent les rédacteurs de la lettre ouverte. Ils ont aussi laissé entendre que le président avait agi de la sorte pour assurer sa réélection aux prochaines élections du comité exécutif en juin. «C'est immoral et injuste», ont-ils accusé sans nommer explicitement M. Watson. 

Par ailleurs, le président du syndicat s'est excusé auprès du directeur général et son équipe «qui ont travaillé si fort pour en arriver à une entente équitable». «J'aimerais personnellement m'excuser. Ils ont vraiment fait de leur mieux et j'en serai toujours reconnaissant», a signalé M. Watson.

La convention collective des membres du syndicat concerné vient à terme en mars 2016. L'échec de jeudi ne devrait donc pas avoir d'incidence sur les services offerts par OC Transpo.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer