La fièvre du hockey gagne la ville

Plusieurs dizaines de partisans se sont postés le... (Martin Roy, LeDroit)

Agrandir

Plusieurs dizaines de partisans se sont postés le long de la clôture longeant le site de l'aéroport d'Ottawa hier pour réserver un bel accueil aux Sénateurs à leur retour en ville.

Martin Roy, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Ottawa est fiévreuse, très fiévreuse. Un seul remède: rester au lit jusqu'à mercredi, jusqu'au premier match de la série opposant les Sénateurs au Canadien de Montréal.

Après une course folle qui a impliqué des lancers de hamburgers, les fans de l'équipe célèbrent la qualification de leurs favoris aux séries éliminatoires de la Ligue nationale de hockey.

Les partisans se sont déplacés par milliers au Centre Canadian Tire (CCT), samedi après-midi, où la dernière partie de la saison régulière des Sénateurs était présentée gratuitement sur écran géant. On trouvait des gens jusque dans les sections 300, dans les hauteurs de l'amphithéâtre.

La foule s'est même permise de faire la vague pendant presque 10 minutes en fin de troisième période, avant de réserver une ovation debout à leur équipe durant la dernière minute de jeu. À la sortie de l'amphithéâtre, les partisans continuaient d'être bruyants et d'exprimer leur joie après la victoire des Sénateurs.

«C'est un beau cadeau que les joueurs font à leurs partisans.»

- François Plourde

«C'est génial, un grand moment pour nous!» s'est exclamé Carlos, qui exhibait fièrement son t-shirt avec, dans son dos, le numéro30 d'Andrew Hammond.

De son côté, François Plourde s'est réjoui de sa dernière année au plan sportif. Partisan des Alouettes de Montréal dans la Ligue canadienne de football et des Sénateurs, les deux équipes lui ont réservé une saison avec un lent début et une belle remontée pour accéder aux séries. «Avec Hammond, il faut vivre le moment présent. Tant mieux si c'est le gardien qu'il nous faut, mais on est juste content d'être ici. C'est un beau cadeau que les joueurs font à leurs partisans.»

L'enthousiasme palpable suscité par cette course improbable vers les séries est peu surprenant, selon le conseiller de Rideau-Vanier, Mathieu Fleury. Traditionnellement une foule plus tranquille, l'élu se réjouit de l'ambiance actuelle autour de l'équipe.

«J'ai grandi, il n'y avait pas les Sénateurs. Les gens étaient fans de Montréal, Québec et Toronto. Ce qu'on voit au Centre Canadian Tire, c'est qu'il y a beaucoup de jeunes partisans des Sénateurs. Les parents ont embarqué et ça crée une belle énergie.»

Jpaquette@ledroit.com

Partager

À lire aussi

  • Négligés, les Sénateurs?<strong></strong>

    Sénateurs d'Ottawa

    Négligés, les Sénateurs?

    Le moins qu'on puisse dire, c'est que les entraîneurs ont été des personnages centraux durant la première série éliminatoire de l'ère moderne... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer