Le conseiller Nussbaum veut bannir certains dons

Le conseiller Tobi Nussbaum avait promis d'agir en... (Étienne Ranger, archives LeDroit)

Agrandir

Le conseiller Tobi Nussbaum avait promis d'agir en ce sens lors de la campagne électorale d'octobre 2014.

Étienne Ranger, archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Promesse faite, promesse tenue. Le conseiller municipal de Rideau-Rockcliffe, Tobi Nussbaum, a entamé mercredi un processus pour empêcher les entreprises et les syndicats de contribuer à la cagnotte des candidats lors des campagnes électorales à Ottawa. Le successeur de l'échevin sortant, Peter Clark, en avait fait une promesse électorale en octobre 2014.

« Le problème est que les syndicats et les entreprises peuvent contribuer à deux reprises. Les officiers, les membres et les propriétaires peuvent verser une somme (à titre individuel) tout comme leur syndicat ou leur entreprise. Pour moi, il s'agit d'une question d'égalité et d'équité parce que tout le monde doit avoir la même occasion de participer. »

À l'heure actuelle, un individu ou une organisation peuvent chacun verser un maximum de 750 $ par candidat ou un total de 5000 $ lors d'une élection municipale.

Avant d'espérer un tel changement, M. Nussbaum doit toutefois solliciter l'aide de l'Ontario. Un amendement doit être apporté à la Loi sur les élections municipales pour permettre de telles restrictions. Un précédent existe en ce sens. Depuis 2009, syndicats et entreprises ne peuvent contribuer à la caisse électorale des candidats torontois.

Le conseiller rappelle que de tels dons sont refusés lors d'élections fédérales.

La motion de M. Nussbaum doit être débattue au prochain conseil municipal en avril. D'ici là, il entend travailler en coulisse afin de convaincre ses homologues.

Le maire Jim Watson ne fait pas partie de ses alliés. Ce dernier refuse de croire que ces types de contributions financières influencent les décisions des élus au moment d'un vote important.

« Je ne connais aucun élu qui ruinerait sa carrière politique pour 200 $ ou 300 $, avait-il mentionné en campagne électorale. Ils ont le droit de participer à la vie démocratique eux aussi. Il serait fâcheux de faire preuve de discrimination. »

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer