Le possible futur domicile des Sénateurs divise

Le Centre Canadian Tire.... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Le Centre Canadian Tire.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La construction d'un nouvel amphithéâtre sur les plaines LeBreton par les Sénateurs d'Ottawa a reçu un accueil mitigé par de nombreux citoyens, peu gênés de faire part de leurs opinions au maire Jim Watson au cours des dernières semaines.

Aussitôt qu'un possible déménagement du club de hockey au centre-ville a fait surface dans les médias, le 10 décembre dernier, bon nombre de citoyens ont écrit au maire pour exprimer leurs préoccupations dans des courriels obtenus par LeDroit en vertu de la Loi d'accès à l'information. Le nom des citoyens n'a toutefois pas été divulgué, comme prescrit par la loi.

Au palmarès des craintes, plusieurs résidents s'inquiètent de l'utilisation de deniers publics pour aider à financer le nouveau complexe sportif, malgré le fait que le maire Watson a affirmé publiquement que la municipalité «n'investirait aucun sou».

«Le nouvel amphithéâtre est une joke. Sûrement que la Ville devra y contribuer financièrement. Ne donne pas un sou de notre argent, Jim», commente un contribuable, mais aussi «fervent partisan de hockey» et entraîneur de hockey mineur.

Le sort de l'actuel domicile des Sénateurs inquiète aussi des résidents qui craignent que les contribuables héritent d'un éléphant blanc «comme le Stade olympique» ou «l'aéroport de Mirabel» à Montréal.

«Qu'arrivera-t-il à l'édifice? Et surtout quel sera l'impact sur l'économie de Kanata? Si l'amphithéâtre est déménagé, ce sera désastreux pour Kanata», croit un résident.

«L'immeuble massif, situé sur un terrain très prisé, serait inutilisé la plupart des jours, lance un autre citoyen frustré. Sauf quelques rares exceptions, les arénas sportifs sont laids et toujours très massifs. Ceci deviendrait le point central des plaines LeBreton, comme un gros bouton d'acné le jour d'une photo à l'école.»

D'autres résidents s'alarment quant aux congestions et à l'absence de stationnements dans ce secteur le soir d'un match. Certains aussi offrent leurs propositions pour revitaliser les 22 hectares de terres disponibles pour aménager une «destination de calibre mondial». L'aménagement d'un aquarium, d'un parc, d'un centre récréatif ou même d'un musée sortent du lot.

Quelques personnes ont aussi écrit au maire Watson pour applaudir le déménagement potentiel des Sénateurs sur les plaines LeBreton.

Un nouvel amphithéâtre «donnerait un nouveau souffle au centre-ville», «brillerait comme un diamant», et «compliquerait moins les déplacements», vantent les partisans d'un tel dénouement.

«Vivant au centre-ville, j'ai toujours écarté la possibilité d'aller voir un match à Kanata. Mais, je suis vraiment excité à la possibilité que ceci se produire. C'est l'occasion de corriger une erreur antérieure», a signalé un père d'une jeune famille.

Watson reste neutre

Pour chaque courriel, le maire Watson a envoyé un message générique rappelant que l'aménagement du site est «une question d'intérêt permanent» depuis des années et que le gouvernement fédéral avait demandé des propositions pour revitaliser le site.

À cet effet, quatre groupes, dont celui des Sénateurs d'Ottawa, figurent sur la courte liste de la Commission de la capitale nationale.

Le nom du promoteur retenu doit être annoncé au milieu de 2016.

M. Watson a évité de favoriser un projet en particulier dans sa réponse, notamment à une personne qui a manifesté son intérêt pour la construction d'un nouveau complexe sportif de la LNH et qui a demandé au maire «d'utiliser son influence pour que cela se produise».

- Avec William Leclerc

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer