Impôts fonciers: Ottawa accepte une hausse de 2%

Le conseil municipal d'Ottawa a adopté son budget... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

Le conseil municipal d'Ottawa a adopté son budget d'un peu plus de 3 milliards de dollars.

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Tel que prévu, les contribuables de la Ville d'Ottawa verront leur compte d'impôts fonciers bondir de 2 % pour la prochaine année.

C'est sans grandes surprises que le conseil municipal de la Ville d'Ottawa a adopté son budget d'un peu plus de 3 milliards $ mercredi à l'hôtel de ville alors que très peu de changements ont été apportés au document final.

« Il s'agit d'une approche financièrement responsable et équilibrée. Nous avons réussi à atteindre notre cible commune de 2 % tout en continuant à investir dans des projets importants comme le train léger, des routes et des infrastructures », a noté le maire adjoint, Mark Taylor, qui a présidé les délibérations budgétaires en l'absence du maire Jim Watson actuellement en convalescence.

Ainsi, un propriétaire d'une maison évaluée à 355 000 $ devra débourser 67 $ de plus cette année à la municipalité tandis qu'un résident en zone rurale payera 55 $ pour une maison d'une même valeur. Un supplément de 48 $ sera également exigé d'un ménage moyen pour les redevances d'eau et d'égout. Les frais pour la collecte des ordures seront toutefois maintenus à 82 $.

De plus, les tarifs d'OC Transpo bondiront de 2,5 % pour une quatrième fois en cinq ans (1,9 % en 2014), malgré le désaccord de certains citoyens, présents dans la salle du conseil municipal. Par ailleurs, ceux des services récréatifs de la municipalité subiront un sort similaire pour une première fois depuis le début du règne du maire Watson en 2010. La majoration moyenne est de 2 %.

Les élus ont également donné leur aval à une enveloppe de 37,4 millions $, destinée à financer de nouvelles « initiatives stratégiques ». La sélection de ces divers projets, variant du logement et de la lutte contre l'itinérance à l'aménagement de voies pour piétons et cyclistes en passant par les arts et la culture, doivent être débattus au cours des prochains mois.

Les échevins ont toutefois refusé d'injecter des fonds pour assurer la survie du Centre Shawenjeagamik. Le gouvernement fédéral a changé certains critères de financement, privant ainsi le centre d'accueil de jour pour autochtones de 420 000 $. L'immeuble du 510 rue Rideau devra ainsi fermer ses portes le 31 mars. Contrairement à ce que nous rapportions dans notre édition d'hier, le Centre 507, La Source et le Cornerstone, des centres similaires resteront ouverts toutefois, et ce, malgré certaines compressions financières.

« Dans une ville riche comme Ottawa, c'est inadmissible », a néanmoins commenté la conseillère de Somerset, Catherine McKenney, en parlant du financement inadéquat pour les sans-abri.

Un excédent surprise

La seule véritable surprise lors des délibérations budgétaires a été la découverte d'un surplus de 2 millions $ dans les coffres de la municipalité en raison d'une croissance des revenus supérieure à celle anticipée.

À la suggestion de la trésorière de la Ville d'Ottawa, Marian Simulik, ce montant a été acheminé dans les réserves budgétaires des travaux d'entretien pour l'hiver. Le froid glacial a engendré un trou de 11 millions $ après les deux premiers mois de l'année, a-t-elle précisé. « Février a été un mois cruel », a commenté Mme Simulik.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer