Dernier plaidoyer des personnes à faible revenu

Le coût du trajet d'OC Transpo passera à... (Martin Roy, archives LeDroit)

Agrandir

Le coût du trajet d'OC Transpo passera à 3,55$ en argent comptant et à 2,84$ avec la carte Presto. «Une autre hausse ne ferait qu'empirer les choses, surtout pour les familles où plus d'une personne utilise le transport en commun», soutient Christine Santele.

Martin Roy, archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Plusieurs groupes de la communauté entendent faire un dernier plaidoyer aux élus d'Ottawa mercredi avant l'adoption finale du budget municipal de la prochaine année.

Des citoyens, notamment des personnes à faibles revenus, assisteront à la rencontre du conseil municipal et ils porteront des insignes « Il est temps » pour exposer l'importance de « créer une ville pour tous. »

« Il est temps de s'assurer que les réductions des services et les augmentations des tarifs n'empêchent pas les gens qui ont le plus besoin de ces services d'y accéder », a fait savoir Suzanne Doerge de l'Initiative : une ville pour toutes les femmes.

Mme Doerge fait allusion notamment aux hausses annoncées par OC Transpo, mais aussi celles du maire Jim Watson en ce qui a trait aux divers services récréatifs de la municipalité. Pour une première fois en cinq ans, les citoyens devront payer en moyenne 2 % de plus que le tarif habituel si le budget est adopté tel que proposé.

« En 2010, j'ai promis un gel des tarifs de ces services parce que nous étions au-dessus de la moyenne provinciale. Le tout a changé depuis », a répété M. Watson au cours des dernières semaines ajoutant que cette mesure ajouterait 400 000 $ dans les coffres de la municipalité.

Par ailleurs, les tarifs d'OC Transpo doivent bondir de 2,5 % pour une cinquième année consécutive. Le coût du trajet d'OC Transpo passera à 3,55 $ en argent comptant et à 2,84 $ avec la carte Presto. Le laissez-passer pour adultes grimpera à 103,25 $, tandis que celui pour étudiants montera de 2 $ à 82,25 %.

« Je connais des gens qui sont isolés parce qu'ils n'ont pas les moyens de payer le tarif d'autobus. Une autre hausse ne ferait qu'empirer les choses, surtout pour les familles où plus d'une personne utilise le transport en commun », soutient Christine Santele, une résidente de Vanier et participante du projet Faire compter les votes dans nos milieux de vie.

Le conseiller de Kitchissippi, Jeff Leiper, a proposé récemment de maintenir les tarifs en espèces à 3,45 $ pour justement aider les moins nantis qui misent sur le transporteur public pour se déplacer. Il suggérait d'augmenter les impôts fonciers pour compenser cette perte de revenu pour la Ville. Selon ses calculs, un contribuable verserait alors 8 $ supplémentaires par mois. Son idée avait été très mal reçue par ses collègues de la Commission du transport en commun qui l'ont invité à présenter une motion à cet effet aux délibérations budgétaires d'aujourd'hui. Il a décidé de s'en abstenir.

« Il n'y a aucune volonté », a-t-il informé mardi en parlant de ses pairs.

Le budget préliminaire de plus de 3 milliards de dollars prévoit une hausse d'impôts fonciers moyenne de 1,75 %, en deçà de la cible de 2 % visée par le maire Jim Watson.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer