Les premiers bébés de l'année voient le jour à l'Hôpital d'Ottawa

Le père, Joshua, tient dans ses mains William,... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

Le père, Joshua, tient dans ses mains William, tandis que sa conjointe Caitlin, leur fille Clare dans les siens.

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'Hôpital d'Ottawa a accueilli les trois premiers bébés de l'année dans la région de la capitale nationale, peu de temps après l'arrivée du Nouvel An.

La famille Lazim ... (Courtoisie) - image 1.0

Agrandir

La famille Lazim 

Courtoisie

La famille Garby croyait avoir le premier bébé de l'année, mais finalement c'est le petit Mohammad Lazim qui a remporté le titre. Ses parents, Khalid Lazim et Wadha Mejbel ont accueilli le cinquième enfant de leur famille une minute après le coup de minuit. Le garçon de 7 livres et 3 onces est né au campus Général de l'Hôpital d'Ottawa. Le couple ne s'exprime pas en anglais ni en français et un interprète a dû être trouvé par les autorités du centre hospitalier afin de demander leur consentement avant de publier le nom de l'enfant, comme l'exige la loi.

Trente minutes avant le coup de minuit mercredi, le personnel médical du campus Civic a convaincu Joshua et Caitlin Garby de tenter leur chance pour que leurs jumeaux deviennent les bébés de l'année. «Nous nous sommes donc dit, essayons-le», ont affirmé à l'unisson les nouveaux parents.

La maman a été expédiée dans une salle de chirurgie afin d'effectuer une césarienne. 

Un garçon de 7 livres et 4 onces, William, s'est pointé le bout du nez en premier après que 17 minutes se soient écoulées en 2015. Sa soeur Clare, de 5 livres et 2 onces, l'a suivi deux minutes plus tard.

«C'est incroyable comme sentiment», a commenté Joshua Garby lors d'une rencontre avec la presse en milieu d'après-midi.

Le nom de son fils a été choisi pour rendre hommage à son grand-père portant le même nom. Une histoire intéressante se cache derrière le choix de nom de sa fille.

«Nous nous sommes rencontrés sur la rue Clare dans Westboro.  Il était 'le p'tit gars d'à côté', raconte Caitlin Garby. Il effectuait des travaux sur ma maison et il savait que je terminais de travailler à 21h. Il s'arrangeait donc pour trouver des travaux jusqu'à cette heure pour me voir.  Il m'a toujours dit que si jamais nous avions une fille, nous la nommerions Clare en raison du lieu de notre rencontre.»

La nouvelle mère se rappelle également comment leur union s'est développée rapidement.

«Nous avons commencé à nous fréquenter en janvier 2013. Au mois d'octobre de la même année, nous nous sommes fiancés et trois jours avant notre mariage en mai 2014, nous avons appris que j'étais enceinte.»

«Nous sommes devenus des amis avant d'être un couple», ajoute-t-elle.

Gatineau

Pendant ce temps à Gatineau, la famille Sanders a accueilli un petit garçon de 8 livres et 4 onces, 20 minutes après le début du Nouvel An.

Le petit bonhomme, qui n'avait toujours pas de nom quelques heures après sa naissance, a devancé les pronostics de trois jours.

«Nous l'attendions le 4 janvier, mais finalement il est arrivé plus rapidement, explique la mère», Roxanne Sanders, lorsque joint par LeDroit jeudi. 

«Tout le monde faisait la joke qu'il pouvait être un bébé de l'année, mais pour moi, ce n'était pas vraiment important», reprend-elle.

Le nouveau venu est son quatrième enfant. Mme Sanders a déjà donné naissance à des garçons de sept et cinq ans et à une fille de deux ans.

«Ça en fait beaucoup. Je crois que j'ai contribué en masse. Je pense que je vais fermer la shop après», a-t-elle déclaré.

Malheureusement, les Sanders ne peuvent visiter le nouveau membre de leur famille.  Une éclosion d'influenza à l'Hôpital de Gatineau limite les va-et-vient.

«C'est dommage. C'est une célébrité  et personne ne peut venir le visiter», lance Mme Sanders.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer