VIA Rail et Ottawa devront travailler de concert

De nouvelles mesures du gouvernement fédéral pour prévenir le nombre... (ETIENNE RANGER, LeDroit)

Agrandir

ETIENNE RANGER, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

De nouvelles mesures du gouvernement fédéral pour prévenir le nombre d'accidents aux passages à niveau, comme celui de Barrhaven, forceront la Ville d'Ottawa et VIA Rail à développer de meilleurs canaux de communication.

Cette semaine, Transport Canada a introduit une réglementation qui vise à préciser «les rôles et les responsabilités des compagnies de chemin de fer et des autorités responsables du service de voirie» ainsi que pour «favoriser la collaboration entre les parties.»

Le Règlement sur les passages à niveau exige un meilleur échange de renseignements sur la sécurité. «Cet échange de renseignements permettra d'évaluer la sécurité de l'infrastructure et de déterminer les mesures à prendre pour renforcer la sécurité des passages à niveau», informe Transports Canada.

Les nouvelles règles touchent aussi aux divers scénarios impliquant des bris aux mécanismes d'avertissement des passages à niveau, un problème majeur cette année dans le secteur Barrhaven. Une vingtaine de défaillances sont survenues.

Ces nombreux dysfonctionnements avaient provoqué des querelles et des échanges acrimonieux entre les dirigeants de VIA Rail et de la Ville d'Ottawa. La tension avait atteint son apogée à la fin du mois d'avril alors que l'entreprise ferroviaire avait blâmé les chauffeurs d'OC Transpo d'avoir endommagé leurs équipements de sécurité au passage à niveau de Fallowfield. L'arrivée en poste d'un nouveau président, Yves Desjardins-Siciliano, a toutefois calmé le jeu. Ce dernier avait reconnu qu'il y avait eu des problèmes de communication avec la municipalité et ses citoyens. Un nouveau protocole d'entente avait alors été mis sur pied entre les deux parties.

Obligations

Néanmoins, les nouvelles mesures annoncées cette semaine renforcent le principe que VIA Rail devra avertir la Ville d'Ottawa, chaque fois que ses installations ferroviaires flanchent. La société d'État devra aussi expliquer les étapes entreprises pour corriger la situation. «Les compagnies de chemin de fer sont maintenant obligées de tenir des registres sur ces activités, et sur tout problème de fonctionnement ou toute défaillance d'un système pendant un minimum de deux ans», précise Transports Canada.

Cette nouvelle réglementation vise à fournir des normes de sécurité uniformes pour les 23000 passages à niveau - publics et privés - au pays, dont les 39 à Ottawa. Entre 2009 et 2013, les collisions entre des trains et des véhicules ont causé en moyenne 26 décès et 26 blessures graves par année au Canada.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer