Transformation de déchets: Plasco propose une plus petite usine

L'entreprise de transformation des déchets Plasco propose une plus petite usine... (Étienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

Étienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'entreprise de transformation des déchets Plasco propose une plus petite usine afin de respecter la date limite du 31 décembre prochain, imposée par la Ville d'Ottawa, pour boucler le montage financier de ses installations révolutionnaires.

«J'espère toujours que Plasco soit un succès, soutient le maire Jim Watson. Idéalement, nous aimerions mieux une usine à plus grande capacité pour éliminer le plus de déchets possible avec cette nouvelle technologie parce que c'est mieux pour l'environnement que de continuer à les enfouir. J'attends leurs raisons et leur raisonnement (pour expliquer ce choix.)  Je ne sais pas si cela met en péril notre entente. Ils doivent nous présenter leur plan d'affaires avant la date butoir du 31 décembre.»

Le projet de l'homme d'affaires Rod Bryden  a obtenu maints délais de la part des élus afin qu'il puisse perfectionner son processus de «gazéification» permettant la transformation de près de 110 000 tonnes d'ordures ménagères par année, comme convenu dans l'entente de 180 millions sur 20 ans, signée avec la municipalité il y a deux ans. 

Ces déchets seraient chauffés à très haute température par des torches au plasma jusqu'à ce qu'ils soient gazéifiés, produisant de l'électricité.

La nouvelle usine ferait en sorte que le tonnage de déchets traités passerait de 300 à 250 tonnes par jour en moyenne.

Plus de détails dans LeDroit du jeudi 11 décembre ou sur ledroitsurmonordi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer